12 millions de dollars investis dans la production de Blackout, Jovenel Moïse met en garde les dilapidateurs des fonds

12 millions de dollars investis dans la production de Blackout, Jovenel Moïse met en garde les dilapidateurs des fonds

Au cours d’une intervention, tenue ce samedi 18 juillet 2020 sur la télévision nationale, le président Jovenel Moïse s’est étalé sur plusieurs points cruciaux liés à la crise politique et sociale dans le pays. L’un des sujets brûlants évoqués par le locataire du Palais national a été celui de la production de l’électricité comme promis lors de sa campagne électorale.

Ayant déjà parlé des difficultés rencontrées à cause du Parlement, le locataire du Palais national a, cette fois-ci, pointé du doigt les responsables des entreprises d’énergies qui ont par le passé signé des accords léonins avec l’État haïtien. Jovenel Moïse a révélé que malgré l’argent investi par les autorités étatiques, bon nombre de patrons de ces entreprises qu’il n’a pas nommées ont préféré travailler avec des matériels défectueux.

« Des moteurs usagés qui ne pouvaient plus fournir un bon service dans le central de varreux », informe Jovenel Moïse.

Tout en soupconnant que l’argent, emprunté à la Banque de la République d’Haïti, élevé à 30 millions de dollars, n’a pas réellement servi à la construction de la Centrale de Varreux, le président Jovenel Moïse en a profité pour mettre en garde les dilapidateurs de ces fonds. Une situation à laquelle visiblement le président Jovenel Moïse ne s’attendait pas vu que les dépenses de l’État pour fournir de l’électricité à la population s’élèvent à 12 millions de dollars américains par mois, ce, depuis le 1er octobre 2019 au juillet 2020.

Barbancourt

le rhum des connaisseurs

1 comment

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *

1 Comment

  • Antoine Langomier
    18 juillet 2020, 22:11

    Le "pays lock" a fait bondir JoMo dans son profond sommeil Oligarchique. Il parle de quel "Parlement," la Majorité Présidentielle. JoMo est venu trop tard dans un monde déjà trop vieux. L’école buissonnière a ses Conséquences. Le mois de Juin frappe déjà à la porte. Tic Tac…

    L’Observatoire

    REPLY