X

X


139 ouvriers révoqués dans des usines textiles à la SONAPI

139 ouvriers révoqués dans des usines textiles à la SONAPI

Ces ouvriers entendent manifester dans les rues de la capitale, le 1er mai prochain, pour dénoncer leurs mauvaises conditions de travail, leur traitement dans les usines textiles et exiger la revalorisation du salaire minimum. Ces 139 ouvriers qui travaillent dans des usines textiles à la société des parcs industriels (SONAPI) sont révoqués au cour du mois d'Avril. Les ouvriers exigent une baisse sur la quantité de pièces qu'ils produisent par jour, soit un production obligatoire de 1800 pièces quotidiennement.

 

La semaine dernière, une cinquantaine d’entre eux ont été révoqués dans les usines textiles de Wilbes qui embauche plus de 5 mille ouvriers.

Ils ont été renvoyés pour avoir réclamé le paiement des heures supplémentaires, regrette le coordonnateur de la centrale nationale des ouvriers haïtien, Dominique ST Éloi.

Des ouvrières, de leur côté, dénoncent des actes de harcèlement sexuel dont elles sont victimes de manière systématique dans les usines de Wilbes. Une cinquantaine d’entre elles ont été révoquées peu après.

Ces organisations syndicales qualifient d’arbitraire la révocation de ces ouvriers. Pour les responsables de ces organisations, les revendications des ouvriers sont légitimes.

Ces révocations sont en violation avec le code du travail et différentes conventions internationales signées par Haïti, fait remarquer Dominique St Eloi.

Cette manifestation annoncée doit démarrer devant la Sonapi, située sur la route de l’aéroport, pour aboutir au champ de Mars. Les organisateurs de cette marche entendent délivrer un message devant plusieurs institutions de l’État.

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *

Cancel reply