A partir de quelles températures peut-on parler de canicule ?

Le mercure ne descendra pas sous la barre des 20 °C la nuit sur la plupart des régions la semaine prochaine, et pourra s’élever jusqu’à 40 °C. Mais les seuils de canicule sont différents dans les départements de la métropole.

Par Publié le 21 juin 2019 à 15h10 – Mis à jour le 21 juin 2019 à 15h46

Temps de Lecture 1 min.

Barbancourt

le rhum des connaisseurs

Le thermomètre va s’affoler sur l’Hexagone à partir de lundi 24 juin : Météo-France prévoit des températures très élevées, entre 35 °C et 40 °C sur l’ensemble du pays, à l’exception de la Bretagne. Le mercure ne descendra pas sous la barre des 20 °C la nuit sur la plupart des régions, anticipe l’établissement public, qui met en garde contre un risque de canicule élevé.

Lorsque les températures augmentent, on évoque volontiers un climat « caniculaire ». Pourtant, la définition est très précise et varie selon les régions. Par définition, on parle de canicule lorsque les températures observées sont élevées jour et nuit pendant trois jours d’affilée. « Plus il fait chaud le jour, plus on fatigue. Plus il fait chaud la nuit, moins on récupère », explique Météo-France.

L’organisme météorologique a déterminé des seuils d’alerte à partir de trente années de données quotidiennes de mortalité et de différents indicateurs météorologiques. Il les compare à des indicateurs biométéorologiques calculés à partir des températures minimales et maximales quotidiennes, en fonction de ses prévisions.

Les diverses régions de France étant plus ou moins habituées et donc adaptées à la chaleur, les seuils d’alerte ne sont pas les mêmes partout. Ainsi, Météo-France estime que la canicule sera avérée dans les Deux-Sèvres lorsque des températures minimales de 35 °C le jour et 20 °C la nuit seront observées. La Haute-Loire, elle, sera considérée en canicule lorsque les températures dépasseront 32 °C le jour et 18 °C la nuit. A Paris, ces seuils sont de 31 °C le jour et 21 °C la nuit, et de 35 °C le jour et 24 °C la nuit à Marseille.

Explications : Comment le plan national canicule fonctionne-t-il ?
Réagissez ou consultez l’ensemble des contributions

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *