A Pétion-Ville, les victimes font le bilan de leurs pertes

A Pétion-Ville, les victimes font le bilan de leurs pertes

La commune de Pétion-Ville tente de se remettre peu à peu des dégâts subis lors de la manifestation du 7 février. La vie reprend ses droits comme l’atteste la présence de nombreuses marchandes présentes, ce 9 février, au marché. Les clients ne sont pas nombreux à se ravitailler mais le commerce repart timidement.

Alors que les services de voirie  de la commune  commencent le nettoyage  des artères quasi désertes, certains commerçants se sont réveillés avec une mauvaise surprise. Les manifestants les plus violents ont de nouveau déchainé leur frustration sur de nombreux bâtiments. Premier à en avoir fait  les frais, le tout nouvel incubateur de startup, Banj, situé sur la route de Delmas. Ce bâtiment qui abrite de jeunes entrepreneurs haïtiens  est spécialisé  dans le soutien et la recherche dans le domaine des nouvelles technologies.

Alors que le bâtiment avait déjà été la cible de manifestants lors des précédents  mouvements, ce 7 février n’a pas épargné  cet institut. Les vitres protégées par des grilles de sécurité à l’étage ont pu quand même résister, en revanche l’intégralitédes vitres du rez-de-chaussée ont été cassées. Delmas 54, c’est la banque publique BNC qui a vu l’intégralité de ses  vitres fracassées à coups de pierres et objets en tout genre. La devanture de l’établissement bancaire témoigne de la violence des manifestants.

Petion-ville avait déjà subi les violences des manifestations, notamment de  2018. La plupart des commerçants avaient pris des dispositions préventives : cadenas, barbelés, portails en fer forgé, tous les moyens étaient bons  pour  protégerleur business. Malheureusement, l’immeuble Plaza n’a pas résisté aux attaques et  a  aussi subi des dommages partiels. Plus loin c’est l’une des boulangeries les plus prisées de PV, Marie Belliard,  qui voit elle aussi l’ensemble de ses fenêtres volées en éclat. Cette entreprise familiale avait déjà dans le passé été prise pour cible, en conséquence, les fenêtres avaient été renforcées….pas suffisamment apparemment !

Barbancourt

le rhum des connaisseurs

Certaines résidences privées ont elles aussi essuyédes jets  de pierres comme l’attestent leur fenêtresfracturées, mais dans l’ensemble les violences sur les commerces de Petion-ville sont en baisses  àcomparer aux événements précédents.

 

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *