A qui profite le réveil des gangs armés dans la capitale ?

A qui profite le réveil des gangs armés dans la capitale ?

Le soudain lever de bouclier des gangs armés réfugiés dans les quartiers populeux de la capitale coïncide comme par enchantement au déploiement de la Caravane du changement dans le département de l’Ouest où des travaux de curage, d’asphaltage de routes et autres ouvrages importants sont annoncés afin de refaire l’image de la zone métropolitaine.

Cette recrudescence de l’insécurité liée à l’activité des groupes armés qui se discutent des territoires au Bicentenaire, à Village de Dieu et à Cité Plus, à l’entrée Sud de la capitale, semble à quelques égards faire l’affaire des opposants politiques du président Jovenel Moïse qui ne pipent mot d’ailleurs sur ce climat de terreur que les autorités policières peinent encore à enrayer par faute de causer des victimes collatérales au sein de la population.

A qui profite donc cette situation confuse et dangereuse sinon à cette opposition politique qui a clairement affiché sa volonté d’en finir avec ce pouvoir par tous les moyens. Récemment encore, l’un des portes-parole du parti Fanmi Lavalas, Schiller Louidor, dont on connaît les liens traditionnels avec les gangs armés, affirmait avec virulence que le départ du pouvoir du président Jovenel Moïse était indispensable pour permettre au pays de prendre la route de la stabilité.

Néanmoins, comme ce fut le cas sous l’administration Martelly/Lamothe, les plus hautes autorités du pays doivent continuer à apporter leur plein support aux agents de la Police Nationale d’Haïti afin de pénétrer les zones sensibles occupées par les groupes rivaux armés et d’y faire régner la paix au profit du bien-être de ces populations traumatisées.

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *

Cancel reply