Arrêté en mai dernier, un Dominicain membre du gang de Grand Ravine fait des révélations fracassantes

Arrêté en mai dernier, un Dominicain membre du gang de Grand Ravine fait des révélations fracassantes

Environ un mois après l’arrestation du présumé kidnappeur dominicain membre du gang de Grand Ravine, la Police nationale publie des informations recueillies lors de son interrogation par les enquêteurs de la Direction Centrale de la Police Judiciaire (DCPJ). Ses révélations, pour le moins fracassantes, montrent un lien étroit entre des bandits des deux côtés de l’Île.

Molaï Ortiz Mieses, 32 ans, gardé à vue à la DCPJ, est passé aux aveux. Il a reconnu avoir participé à plusieurs actes de kidnapping et d’assassinat, dont celui de l’inspecteur Dan Jerry Toussaint le 1er janvier 2022 à Laboule.

Barbancourt

le rhum des connaisseurs

« Il a révélé qu’ils étaient au moins huit (8) individus membres de la bande à “Ti Makak”, lourdement armés de fusils d’assaut, qui ont attaqué le Backup du Sous-Commissariat de Thomassin, où l’ID Jerry Toussaint avait reçu une balle à la tête et une autre au cou », a expliqué la Police nationale. « José Lito, de nationalité Dominicaine, Venel alias Ti Blan, Tossou, Francilié, Dieu-Pifort, Hubert, sont quelques-uns de mes acolytes qui ont participé dans ce crime ».

Arrêté à plusieurs reprises en République dominicaine, Molaï Ortiz Mieses est venu s’installer en Haïti en 2012 pour poursuivre ses actes criminels. Il a intégré le gang de Carlos Petit-Homme, alias “Ti Makak”, basé à Laboule, un quartier de Pétion-Ville, où il a été le 3e chef, détaille l’institution policière.

« En manœuvrant parfaitement bien les véhicules tout-terrain (pick-up, motocyclette), Molaï Ortiz a été surnommé par ses acolytes ” Nèg atè a”. A l’aide de ses moyens de transport, cet individu a avoué avoir perpétré de nombreux cas de kidnapping, de vol et d’assassinat », poursuit la PNH. « Quelques mois plus tard, le dominicain Molaï Ortiz Mieses a été recruté par le chef de gang “Ti Lapli”, opérant à Grand-Ravine, dont il était devenu le bras droit et de Ery Joselus alias Ti Georges. »

« Ils sont légion les dominicains qui font partie intégrante des gangs armés opérant actuellement en Haïti », a déclaré Molaï Ortiz Mieses, citant en exemple le gang de Village de Dieu dirigé par le nommé “Izo”. D’autres groupes de gangs ont des connexions directes avec des dominicains, révèle-t-il.

Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'un *