Code pénal : Les auteurs du document font une mise au point

Code pénal : Les auteurs du document font une mise au point

Le code pénal haïtien continue d’être l’objet de nombreuses critiques. Suite aux débats houleux provoqués par ce texte de loi, la commission présidentielle pour la réforme de la justice composée des Maîtres Jean Joseph Exumé, Sybille Theard Mevs, René Magloire, Jean Vandal, Williams Allonce, Florence Mathieu et Edwin Coq, auteurs de ce texte, ont décidé de produire un document intitulé « Mise au point sur les critiques du code pénal », afin de se situer dans la controverse.

Les commissaires ont apporté des précisions sur le contexte d’élaboration du nouveau code pénal de 1036 articles traitant des dossiers comme l’orientation sexuelle, interruption illégale de la grossesse, l’inceste, la zoophilie, l’amnistie et la grâce présidentielle, thèmes qui ont provoqué pour l’essentiel le débat. Plusieurs voix se sont élevées pour dire que le code pénal est un code de la déchéance, un code libéral qui va à l’encontre de la morale et est à contre courant des traditions et des mœurs haïtiennes.

Les commissaires disent avoir travaillé de façon méthodique et dans la plus complète indépendance, dans l’unique souci « d’apporter leur contribution à la mise en place d’une réforme pénale authentique, indispensable à l’établissement d’un état de droit, respectueuse des libertés individuelles, mais où les dérives et les infractions nouvelles qui gangrènent les sociétés du monde moderne soient réprimées avec toute la rigueur nécessaire ».

Les anciens membres de la Commission présidentielle qui disent ne pas vouloir polémiquer croient que « les critiquent sonores doivent consentir le sacrifice de lire le nouveau code pénal en taisant leurs émotions et leurs rêves intimes d’une société en totale dégénérescence comme celle qu’ils voient s’édifier et se consolider de jour en jour, sous prétexte de respecter « l’essence même de notre humanité, de notre culture, de notre foi et de notre société ».

Barbancourt

le rhum des connaisseurs

En conclusion, les anciens membres de la Commission présidentielle réitèrent qu’ils n’entendent nullement s’engager dans la polémique. Reconnaissant que nulle œuvre humaine n’est parfaite, ils émettent le vœu que soit organisé un débat scientifique de haut niveau sur ce nouveau Code pénal. « Le remodelage social est une œuvre collective des gouvernants, des organisations de la société civile, des éducateurs sociaux et religieux. À l’œuvre donc tous ensemble pour la réformation du Code pénal vers une société plus juste ».

2 comments

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *

2 Comments

  • Antoine Langamier
    4 août 2020, 00:56

    Ils sont tous des radoteurs! Une poignée d’individus ne pouvait pas prétendre travailler pour plus de 11 millions d’habitants, sans toutefois les consulter par l’intermédiaire des autres zagribay (patatistes) du corps social. Il est vrai, depuis plus de 34 ans, le pays marque des pas sur place. Mais, de toute façon, nous ne sommes pas à l’époque de la colonisation où les criminels pouvaient disposer à leur gré des esclaves.

    Des cerveaux à l’envers, l’Imposition a connu son calvaire. La TEMPÊTE s’impose!!! Maintenent, " à l’œuvre tous ensemble pour la réformation du Code Pénal." Les MASIMADIS ne jouent pas dans la dentelle, par l’intermédiaire de leurs associations, ils protestent contre le Code Pénal pour ses multiples dérapages touchant à l’Inceste… et la Majorité Sexuelle, 15 ans. Et ils demandent aux d’individus qui avaient confectionné le Code Pénal, d’être très direct avec eux, de ne pas Voye Roch KACHE MEN. Les LGBTQ+ dénoncent le marronnage de la bande…

    REPLY