Coronavirus: désengorgement de la prison civile de P-au-P, le parquet se met en branle

Coronavirus: désengorgement de la prison civile de P-au-P, le parquet se met en branle

Le commissaire du gouvernement de Port-au-Prince, Me Jacques Lafontant, dit commencer à prendre des mesures afin de désengorger la prison civile de Port-au-Prince, conformément au souhait du président de la République, Jovenel Moïse, qui souhaite réduire la population carcérale durant la période marquée par la propagation du covid-19.

Le chef du parquet a fait savoir qu’il entend suivre les 11 critères émis le président du Conseil supérieur de la police nationale (CSPN), Joseph Jouthe, pour procéder à la libération de détenus. Me Jacques Lafontant a précisé que la bonne grâce présidentielle n’est pas un boulevard ouvert aux prisonniers. Des destructions ont été mises en place, les détenus ne pourront pas sortir sur ordre de libération mais devront être jugés en audience qui se déroulera devant le ministère de la justice. Il promet de communiquer la liste des bénéficiaires de cette mesure avant le 19 avril prochain.

Les détenus âgés de 65 ans et plus pourront être libérés de même que les détenus souffrant d’un facteur de comorbidité grave déclaré antérieurement à la pandémie à l’exception des condamnés purgeant une peine à perpétuité.

Des détenus en attente de jugement correctionnel depuis plus de 6 mois auront la chance de sortir de prison. Les détenus des deux sexes en possession d’une ordonnance de renvoi en jugement pour des crimes à l’exception des crimes de kidnapping, viol sur mineur et meurtre dont la détention préventive dépasse 2 ans fermes seront aussi libérés.

Barbancourt

le rhum des connaisseurs

Pourront sortir également des centres carcéraux, les détenus des deux sexes en possession d’une ordonnance de renvoi, jugement correctionnel et les condamnés des deux sexes retenus en détention excédentaire en raison de la nature d’une peine libellée en travaux forcés.

Les Condamnés des deux sexes retenus en détention pour absence du dispositif de jugement suivi d’exéquatur du parquet pourront bénéficier de cette grâce présidentielle en raison de la propagation du covid-19 ainsi que les condamnés des deux sexes ayant purgé au moins 80% de leur peine temporaire et qui ont bonne conduite à l’exception des crimes de kidnapping, viol sur mineur et meurtre.

Des prévenus en charge de juge d’instruction pour délit et/ou association de malfaiteurs pourront aussi être libérés. Ceux qui sont réputés sans dossiers à l’exception des crimes de kidnapping, viol sur mineur et meurtre.

En dernier lieu, les évadés récupérés qui sont sans dossiers ou en charge de juge d’instruction pour délit et/ou association de malfaiteurs et sont en possession d’une ordonnance de renvoi en jugement pour des crimes à l’exception des crimes de kidnapping, viol sur mineur seront libre de leur mouvement.

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *