Covid-19 : la Banque Mondiale appelle les pays de l’Amérique Latine et des Caraïbes à mesurer les coûts de la pandémie

Covid-19 : la Banque Mondiale appelle les pays de l’Amérique Latine et des Caraïbes à mesurer les coûts de la pandémie

La pandémie de Covid-19 a sérieusement frappé les pays de la Région Amérique Latine et Caraïbes. Malgré que l’impact soit moins sévère que prévu, le Groupe de la Banque mondiale croit que les gouvernements doivent prendre des mesures visant au redressement économique et une meilleure gestion des problèmes de santé publique.

Les conséquences de la pandémie ont été multiples. En plus d’une baisse de la demande extérieure, le tourisme a été effondré, selon un communiqué publié, ce vendredi, par le Groupe de la Banque Mondiale.

Barbancourt

le rhum des connaisseurs

Selon le rapport « The Cost of Staying Healthy », cité dans le communiqué, « les gouvernements vont devoir trouver les moyens de consolider leurs situations budgétaires après cette période de fortes dépenses pour soutenir les plans de relance économique et les transferts sociaux d’urgence ».

« À cause de la pandémie, le Produit Intérieur Brut (PIB) de la région Amérique latine et Caraïbes (à l’exception du Venezuela) devrait reculer de 7,9 % en 2020. Un retour à la croissance de 4 % est attendu pour 2021 », a révélé la Banque Mondiale, croyant que les différents mouvements sociaux enregistrés dans la région n’étaient pas sans conséquences.

Reconnaissant toutefois que certains pays de la région ont mis en place des mesures de redressement qui ont porté du fruit, la Banque Mondiale a invité les gouvernements à protéger les populations vulnérables. Des mesures doivent être prises en vue d’appliquer les « normes de santé et de sécurité à travers l’ensemble des secteurs d’activité, notamment dans le domaine de la scolarité, de façon à maintenir des niveaux de contagion faibles, tout en préservant une activité quotidienne normale ».

Environ 160 milliards de dollars seront déployés par le Groupe de la Banque mondiale dans les 15 prochains mois. Ces fonds permettront à plus de 100 pays de pouvoir protéger les populations pauvres et vulnérables, soutenir les entreprises, et stimuler le redressement économique. « Ce montant inclut 50 milliards de dollars de nouvelles ressources de l’Association internationale de développement (IDA) sous forme de dons et de prêts fortement concessionnels », a précisé le communiqué.

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *