De Gaulle, Genevoix, Hirohito…Nos archives de la semaine sur Instagram

De Gaulle, Genevoix, Hirohito…Nos archives de la semaine sur Instagram

LES ARCHIVES DU FIGARO – Les évocations de la Première et de la Seconde Guerre mondiale se mêlent dans notre sélection hebdomadaire.


Le 11 novembre 1944, le général de Gaulle a invité sir Winston Churchill à Paris: pour la première fois depuis la Libération le défilé a lieu sur les Champs-Elysées. Bridgemanimages/Leemage/©Bridgemanimages/Leemage

Tout d’abord hommage au général de Gaulle, héros de la Seconde Guerre mondiale. Mort il y a 50 ans, le 9 novembre 1970, c’est une France et un monde abasourdi qui apprend la nouvelle. «Le plus illustre des Français», le dernier des «Grands» s’en est allé. Son nom évoque immanquablement l’appel du 18 juin 1940. De Gaulle refuse de se résigner face à la défaite; des Français font le pari de le rejoindre. À l’été 1940, la France libre est constituée et Winston Churchill, premier ministre britannique, reconnaît de Gaulle comme le «chef de tous les Français libres». C’est ainsi que pendant quatre années le mouvement du général va s’organiser et associer les réseaux de la Résistance et les Français libres. De Gaulle prépare l’avènement d’un nouveau régime après la guerre.

Barbancourt

le rhum des connaisseurs

Puis nous rappelions l’intronisation le 10 novembre 1921 de l’empereur Hirohito: un nom associé à son rôle majeur dans la guerre du Pacifique (1941-1945). Dernier empereur de droit divin, figure emblématique du Japon, c’est sous son règne que le pays du Soleil-Levant s’engage aux côtés de l’Allemagne dans la guerre contre les forces alliées. En 1941, c’est l’attaque surprise de la base marine de Pearl Harbor faisant plus de 2.400 victimes, qui a poussé les États-Unis à entrer dans la Seconde Guerre mondiale. Il faudra attendre le mois d’août 1945 après les terribles bombardements d’Hiroshima et de Nagasaki pour que le Japon capitule.

«Joie nationale, le jour de gloire est arrivé»: c’est ainsi que Le Figaro annonce en Une l’armistice du 11 novembre 1918. Depuis à cette date la France commémore la fin des sanglants combats. Cette année, le président Emmanuel Macron a fait entrer au Panthéon l’écrivain Maurice Genevoix présenté comme le porte-voix des combattants de la Première Guerre mondiale. Celui qui a combattu, et puis, blessé, a raconté dans Ceux de 14 le réalisme du quotidien des Poilus. «Ce que nous avons fait, c’est plus qu’on ne pouvait demander à des hommes, et nous l’avons fait», écrivait-il.

Si vous aimez l’histoire rejoignez-nous sur @figaroarchives

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *