Décharge de Sophia Martelly : la CSCCA minimise la contestation d’André Michel

Décharge de Sophia Martelly : la CSCCA minimise la contestation d’André Michel

Le vice-président de la Cour Supérieure des Comptes et du Contentieux Administratif, Fritz Robert Saint-Paul, dit ne pas prendre au sérieux la lettre que maitre André Michel a adressée à la Cour pour contester la décision des conseillers de donner décharge à l’ancienne première dame Sophia Martelly pour sa gestion faite des finds alloués à la Commission Nationale de Lutte contre la Faim et la Malnutrition (COLFAM) sous la présidence de son époux chanteur.

Le vice-président de la CSCCA, Fritz Robert Saint Paul dit fairr fi de la décision de maitre André Michel de contester la décharge octroyée à madame Sophia Martelly parce que l’homme de loi est incohérent dans ses propos.

Le conseiller souligne que maitre André Michel a parlé, d’une part, d’un montant de 50 à 60 millions de dollars géré par Sophia Martelly à la tête de la commission Nationale de Lutte contre la Faim et la Malnutrition (COLFAM) et d’autre part, (dans sa lettre) pour contester la décision de la CSCA, de plusieurs dizaines de millions de dollars américains.

Barbancourt

le rhum des connaisseurs

‘’Monsieur Michel aurait multiplié par 80 le montant que Sophia Martelly eut à gérer », indique le conseiller Fritz Robert Saint-Paul qui ajoute que le rapport de la CSCCA a été dénaturé à travers de fausses informations.

Le conseiller tenté de convaincre en affirmant avoir agi à la lumière de la loi dans le cadre de l’élaboration dudit rapport d’audit.

Les dépenses faites par Sophia Martelly ont été supportées par des pièces justificatives. Comment pourrait-on ne pas lui accorder décharge se demande-t-il dénonçant ainsi l’intention d’un groupe d’utiliser la Cour Supérieur des Comptes et du Contentieux Administratif à des fins politiques.

1 comment

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *

1 Comment

  • Gui Charles Saint Julien
    4 septembre 2018, 19:25

    Il est l’heure de coudre la bouche aux mauvaises langues

    REPLY