‘’Des mensonges inventés, les Lavalasiens démasqués’’

‘’Des mensonges inventés, les Lavalasiens démasqués’’

Politiquement intelligents, les sénateurs du bloc majoritaire ne se sont pas laissés tomber dans le piège des élus issus de la mouvance Lavalas. Plus important encore, le Président de la République, Jovenel Moïse, en qui des détracteurs voient un néophyte en politique, a fait preuve d’une extrême vigilance.

’Le rapport Petrocaribe contient plus d’une cinquantaine de mensonges’’, déclarait le Chef de l’Etat la veille de la célébration de son première anniversaire au pouvoir.
Bien avant la déclaration du Président de la République, l’ancien Premier ministre Laurent Lamothe, des ex-ministres, indexés à tort dans le document falsifié, avaient preuve à l’appui, apporté des démentis.
Qui plus est, le député de Cerca-Cavajal, Antoine Rodon Bien-aimé, avait lui aussi recadré la commission-Beauplan en ce qui concerne certaines constructions de route dans cette commune.
Sans compter les failles relevant de la technicité, le rapport d’enquête sur l’utilisation de fonds Petrocaribe contient environ 62 irrégularités et allégations mensongères dont Haïti 24 avait déjà fait état.
Une poignée d’individus, manipulés par des politiciens dont l’intention de déstabilisation est connue de tous, avaient récemment manifesté à Fontamara pour réclamer le marché public dont la construction est en cours.
Dans le rapport-Beauplan, il est dit que le degré d’avancement actuel est de 30% par rapport au taux de décaissement de 51%. Voilà un exemple d’énorme mensonge ! En fait, les travaux de construction de cet espace commercial est à présent à plus de 60% d’avancement.
La liste de chiffres inventés par tentative de manipulation est longue. Le cas du marché Fontamara cité prouve, en partie, la mauvaise foi de pseudo-enquêteurs avides de pouvoir.
En renvoyant l’affaire Petrocaribe par devant la cour supérieure des comptes et du contentieux administratif, la majorité sénatoriale a fait preuve de génie.
En s’érigeant en vrai garant de la bonne marche des institutions, comme le veut la Constitution, le Président de la République, Jovenel Moïse, a mis hors jeu les ‘’protagonistes du chaos’’ dont la seule volonté est de persécuter des Citoyens qui avaient dignement servi leur pays.
Confié à une institution neutre, la CSC/CA, le document fabriqué dans le laboratoire Privert n’aura été qui coup politique raté. Donc, ce rapport est sans lendemain et n’aura fait plus de bruit que de victimes comme le souhaitent les élus lavalasiens.

 

Pierre Louis Joseph

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *

Cancel reply