Des opposants farouches au pouvoir favorables au dialogue politique

Des opposants farouches au pouvoir favorables au dialogue politique

L’ex-sénateur Kelly Bastien, lâché par ses collègues opposants du Secteur Démocratique et Populaire après avoir rencontré le président du parti PHTK, Liné Baltazar, plaide en faveur d’un dialogue afin d’éviter au pays de sombrer dans le chaos. Un avis que partage Walsonn Sanon, membre fondateur du Secteur Démocratique et Populaire

Le président de la République ne cesse de marquer des buts. Des membres de l’aile dure de l’opposition partagent son désir d’initier un dialogue en profondeur afin de sortir le pays du marasme.

L’ancien sénateur Kelly C. Bastien, qui affirme n’avoir jamais rencontré le président de la République, Jovenel Moïse, dit opter pour le dialogue entre l’opposition et le pouvoir en vue de résorber la crise actuelle.

Kelly C. Bastien a pris cette position à un moment où l’opposition est minée par une division. Toutefois, il affirme être resté toujours membre de l’opposition.

Barbancourt

le rhum des connaisseurs

Le militant politique Walsonn Sanon, ancien Secrétaire Général Adjoint du Parti politique “Louvri Baryè (PLB)”, membre fondateur du Secteur Démocratique et Populaire, a abondé dans le même sens. Selon lui, il faut un accord politique entre le pouvoir exécutif et l’opposition afin de planifier la gouvernance du pays, ce, même après la fin du mandat de l’actuel locataire du palais national.

« Tout refus de dialoguer aujourd’hui peut déboucher sur un chaos, car le climat y est propice, notamment avec la prolifération des gangs armés dans le pays et l’enjeu majeur du dossier PetroCaribe », a-t-il indiqué.

Il invite le président Jovenel Moïse à faire le premier pas comme chef d’État pour convaincre d’autres acteurs.

Dans une adresse à la nation vendredi soir sur la Télévision nationale, Jovenel Moïse a affirmé qu’il est en discussion depuis trois mois avec de farouches opposants.

« Depuis trois mois, j’ai pris personnellement l’engagement de discuter avec plusieurs secteurs et d’importants acteurs de la scène politique », a informé le président de la République qui, cependant, s’est gardé de citer des noms. Il a toutefois indiqué que ces pourparlers étaient à une phase très avancée.

1 comment

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *

1 Comment

  • Antoine Langomier
    26 octobre 2020, 03:00

    "Tout homme est à vendre, il faut seulement trouver la monnaie qui lui convient," Pierre Dehaye

    À chaque crise politique, c’est Toujours ainsi, les politiciens déplacent des pions sans tenir compte de leurs positions antérieures et d’aucune éthique. Je ne veux pas demander qu’est-ce que ça signifie, "le président de la République ne cesse de marquer des buts." Ce n’est pas encore évident!!!

    Les Kelly C. Bastien… et Walsonn Sanon ont fait défection. Bien avant, tant d’autres avaient déjà abandonné le navire. Sous le règne de Martelly, le sénateur Simon Dieuseul Desras ne jouait pas dans la défense de ses intérêts personnels. Il avait écrit au Parlement Chilien pour solliciter son appui dans la lutte contre le président Martelly.

    Le 4 décembre 2015, le "paka tann" Desras décidait à abattre le poulain de son "matlot" politique, “le champ de bananes Agritrans de Jovenel Moise, sert aussi de piste d’atterrissage pour des trafiquants de drogue.” En consultant mes Archives, ll n’est pas mauvais de continuer à Demasque les laideurs, “Desras Simon a révélé que Jovenel Moïse avait des liens très serrés avec l`homme d`affaires Evinx Daniel, disparu en janvier 2014, et qui avait fait l`objet d`arrestation pour drogue. D`ailleurs les deux hommes l`ont rencontré à Pétion-Ville afin de le porter à voter pour Daniel Gérard Rouzier comme premier ministre en 2011.”
    Dans les pas de Desras, le boute-en-train Jean Hector Anacasis disparait de la circulation au profit du président Jovenel Moise. Quel pays!

    L’Observatoire des Questions Haitiennes et Internationales

    REPLY