Des organisations syndicales et de droits humains organisent une marcheront contre l’insécurité

Des organisations syndicales et de droits humains organisent une marcheront contre l’insécurité

À l’initiative du Centre d’Analyse et de recherche en droits de l’homme (CARDH), une marche contre l’insécurité sera organisée, ce jeudi 10 décembre 2020 à l’occasion de la célébration internationale de la déclaration des droits de l’homme, pour dire NON à la banalisation de la vie en Haïti.

Cette marche partira de la place de la Constitution pour aboutir devant le ministère de la justice et de la sécurité publique. Les organisateurs entendent dénoncer le climat d’insécurité qui sévit dans le pays et exiger que des dispositions soient prises pour éradiquer ce phénomène qui ne cesse d’endeuiller la population.

Barbancourt

le rhum des connaisseurs

 » Aujourd’hui, nous sommes dans une situation révoltante où les droits de l’homme sont systématiquement violés. Les violations des droits humains se poursuivent, de manière systématique, dans le pays « , condamne Maître Gédéon Jean représentant du Centre d’Analyse et de recherche en droits de l’homme (CARDH).

Parallèlement, le représentant du secteur syndicale, Maître Josué Merilien, appelle l’Etat haïtien à prendre ses responsabilités face à la détérioration de la situation des droits humains en Haïti. Le professeur Mérilien dénonce la recrudescence des actes de l’insécurité. Selon lui, les parents des élèves sont obligés de monter la garde devant les établissements scolaires
afin de d’éviter que leurs enfants se fassent kidnappés.

Pour sa part, le secrétaire général du conseil de l’ordre des avocats de Port-au-Prince, Me Robinson Pierre-Louis, dit appuyer cette marche qui sera organisée, ce jeudi matin. Me Pierre-Louis appelle la population à participer massivement à cette marche pacifique.

1 comment

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *

1 Comment

  • Antoine Langomier
    9 décembre 2020, 00:11

    J’ai beaucoup de respect pour le professeur Josué pour sa Combativité et sa Rectiligne! Mais ici, il parait, il est en train de jouer, "le représentant du secteur syndicale, Maître Josué Merilien, appelle l’État haïtien à prendre ses responsabilités face à la détérioration de la situation des droits humains en Haïti." Connaissant le professeur Merilien, il s’exprime ainsi en vue de mettre le train des Manifs en marche.

    Un homme avisé comme M. Merilein ne peut pas demander à un pouvoir d’ABATTRE la Branche de l’Arbre qui donne de la "Fraicheur" et qui permet de "Respirer" un tant soi peu. LESON "peyi lòk" la fè Jovenel Moise vin konnen kisa yo rele Pouvwa. Par rapport à son PACTE avec l’Oligarchie et le principal chef du "Core Group," il ne peut pas délivrer la Marchandise dans l’intérêt de ses frères d’antan, les "tèt kodèn." Mais avec les patrons à ses côtés, il sait comment s’en défaire des organisations de la société civile, de la presse lavalassienne d’antan et de leurs partis politiques. Ces derniers ne savent pas à quel saint se vouer. Maintenant, le professeur Victor Benoit, l’ancien titidiste chien enragé Louis Gérald Gilles… et l’ancien député Serge Jean Louis viennent de fonder la Force Nationale pour la democratie (FND). Il ne manque que le C Madichon et Kalomèl (FNCD) pour sceller l’affaire.

    Il est évident, toutes les dates sont bonnes pour mettre des bâtons dans les roues du pouvoir. En attendant un moyen Coercitif en vue de pousser Jovenel Moise à cesser de marcher en ZOUKOUTAP pour atteindre son objectif, l’INSÉCURITÉ reste son seul l’AS d’ATOUT.

    L’Observatoire des Questions Haitiennes et internationales

    REPLY