Des réseaux sociaux bloquent les comptes des chefs de gangs opérant en Haïti

Des réseaux sociaux bloquent les comptes des chefs de gangs opérant en Haïti

Plusieurs chefs de gangs opérant en Haïti, qui considèrent les réseaux sociaux comme un espace leur permettant de s’exprimer, ont vu leurs comptes bloqués ou supprimés.

En effet, le quotidien américain Washington Post a publié, ce samedi 11 juin, un article sur la façon dont les gangs armés en Haïti ont utilisé les réseaux sociaux comme un terrain pour répandre la violence.

Barbancourt

le rhum des connaisseurs

Après la publication de cet article, les comptes des gangs sur plusieurs réseaux sociaux, notamment Tiktok, ont été bloqués en raison des messages de violences qu’ils véhiculent pour terroriser la population haïtienne.

Tiktok a supprimé plusieurs comptes du Caïd de Village de Dieu « Izo » après une vidéo qu’il a publiée dans laquelle il a menacé de tuer plus de 30 personnes si l’un des siens aurait été tué dans n’importe quel quartier dans l’aire métropolitaine de Port-au-Prince.

Le réseau social a reproché au chef de gang d’avoir violé les règlements de l’institution qui interdisent des associations terroristes et criminelles d’utiliser le réseau.

De son côté, Jimmy Chérizier alias Barbecue, accusé dans le massacre perpétré à La Saline en novembre 2018, et également chef du regroupement criminel G9, qui a plus de 6000 abonnés sur Twitter, a été suspendu sur le réseau social à l’oiseau bleu.

Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'un *