Désarmement: remise à la CNDDR de 4 armes à feu et 50 cartouches

Désarmement: remise à la CNDDR de 4 armes à feu et 50 cartouches

Plus 3 mois après que le chef de gang du plus grand bidonville de la capitale « Ti hougan » ainsi connu a remis 8 armes à feu aux membres de la commission nationale de Désarmement, Démantèlement et de Réinsertion, c’est au tour de « Micanord » d’emboiter le pas.

Ce lundi, le gang du Wharf de Jérémie, dirigé par « Micanord » ainsi connu, a remis 4 armes à feu et 50 cartouches aux membres de la CNDDR.

«Il s’agit d’un geste symbolique, ce n’est pas la quantité qui compte mais la qualité du geste», a fait remarquer Jean-Rebel Dorcenat l’un des membres de la commission de désarmement.

Pour Jean Rebel Dorcenat ce geste traduit la volonté du chef de le gang Micanord de ne plus faire affaire aux vendeurs d’armes et de cartouches. Il invite les habitants ce quartier populaire à ne plus tolérer la vente d’armes à feu et de munitions à Wharf Jérémie et ses environs. Il a fait remarquer que les gangs armés tirent sur leurs frères et sœurs dans les quartiers populaires pendant que les vendeurs d’armes ont pignon sur rue.

Barbancourt

le rhum des connaisseurs

Le commissaire Jean-Rebel Dorcenat informe que plusieurs autres bandes rivales veulent faire le même geste. Ils ont décidé d’entrer à pas mesuré dans le programme de désarmement, a-t-il fait savoir. Jean Rebel Dorcenat déplore l’absence de l’État dans les quartiers populaires, ce qui, selon lui, pousse les jeunes à se servir d’armes illégales.

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *