Dette de l’indépendance : l’argent extorqué à Haïti a financé la construction de la Tour Eiffel, révèle le New York Times

Dette de l’indépendance : l’argent extorqué à Haïti a financé la construction de la Tour Eiffel, révèle le New York Times

C’est l’une des plus grandes révélations de cette série d’articles publiés par le journal américain New York Times. Haïti a contribué à doter la France de ce monument qui fait sa fierté.

Incroyable mais vrai! Le montant exorbitant et injustifié que la France a soutiré d’Haïti a aidé une banque française à financer un monument de grande valeur en France: La Tour Eiffel. C’est du moins ce qu’a révélé le quotidien newyorkais dans l’un des articles publiés vendredi dernier.

Barbancourt

le rhum des connaisseurs

« Le New York Times montre ainsi comment, à la fin du XIXe siècle, la banque CIC a rapatrié en France, via des emprunts toxiques censés aider Port-au-Prince à purger sa dette, les revenus de la jeune banque nationale haïtienne. Ces capitaux ont par exemple permis à l’établissement bancaire parisien de financer la construction de la tour Eiffel », rapporte France Info.

« Parce qu’il est important d’éclairer toutes les composantes de l’histoire de la colonisation, y compris dans les années 1870, la banque mutualiste financera des travaux universitaires indépendants pour faire la lumière sur ce passé », a annoncé la banque française Crédit Industriel et Commercial dans un communiqué de presse, lundi 23 mai.

Devenue l’une des plus grandes attractions touristiques mondiales, la Tour Eiffel est aujourd’hui évaluée à 435 milliards d’euros, selon la Chambre de Commerce de Monza.

Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'un *