Dossier des 7 « mercenaires »: Bocchit Edmond part pour les États-Unis

Dossier des 7 « mercenaires »: Bocchit Edmond part pour les États-Unis

Le ministre des affaires étrangères, Bocchit Edmond, a laissé le pays, jeudi, pour se rendre aux États-Unis en vue de s’expliquer sur le dossier des étrangers arrêtés puis transférés illégalement dans ce pays, selon une source.

Le chancelier qui était attendu en Colombie est actuellement aux États-Unis.

Le ministre des affaires étrangères doit fournir un ensemble d’éléments d’informations au service d’intelligence américaine, sur la présence des 5 américains dans le pays.

Pourquoi sont-ils considérés comme des terroristes en Haïti?

Barbancourt

le rhum des connaisseurs

Les 5 américains ont indiqué aux autorités américaines qu’ils se trouvaient sur l’île pour assurer la sécurité privée d’un «homme d’affaires» travaillant pour le compte du gouvernement haïtien.
Les démarches entreprises par le gouvernement américain pour obtenir la libération des hommes restent obscures.

Selon les premières éléments d’information, les cinq Américains, le Russe et le Serbe, arrêtés par la police nationale, dimanche dernier à Port-au-Prince, circulant à bord de deux véhicules, lourdement armés, sont passés par la Jamaïque pour entrer dans le pays.

Les armes de guerre trouvées en leur possession au moment de l’arrestation appartiennent à l’unité de sécurité générale du palais national (USGPN), informe cette source. Les voitures ainsi que les armes à feu ont été mises à leurs dispositions.

2 comments

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *

2 Comments

  • Pierre Durand
    23 février 2019, 19:52

    BAY BAGAY LA BYEN NON !
    Se moun Ceant yo ki fe yo arete yo pou li sa mete Jovenel a tè.

    Kredi pòs : HAÏTI CHÉRIE

    Men deklarasyon, youn nan mèsenè yo fè sou paj instagram li:

    Chris Osman Designs
    @_chris_osman_designs

    Parfois, la vie est plus étrange que la fiction et remplie d’aventures folles. Je suis en vie et de retour à la maison. Nous sommes tous. – On sait maintenant que je fais de la sécurité et que je le fais depuis des années. Mes journées hors des États-Unis sont officiellement terminées parce que je suis plâtré dans tous les médias du monde entier. – L’équipe était en Haïti pour assurer la sécurité des personnes directement liées au président en exercice. Nous étions utilisés comme des pions dans une bagarre publique entre lui et l’actuel Premier ministre d’Haïti. Le peuple haïtien était vraiment bon avec nous et nous remercierons tous à jamais les détenus de la prison qui nous ont aidés. Les prisons sont affreuses avec des conditions que je ne voudrais pas que quiconque fasse l’expérience. – Nous n’avons pas été libérés, nous avons été sauvés. Aux hommes qui ont risqué leur vie pour le faire: vous recevez des paquets de soins sérieux !!! Nous vous devons nos vies. – Merci au gouvernement américain, au département d’État, à l’ambassade américaine en Haïti, à l’ambassadeur américain en Haïti et aux centaines d’hommes et de femmes qui sont intervenus pour nous sauver. – Cela fait longtemps que je n’ai pas vu le poids du gouvernement américain à l’œuvre et c’est une chose glorieuse. – Merci aux centaines de personnes, familles et amis qui ont tendu la main à ma femme pour l’aider en cette période difficile. – À mes frères «H8ti» Merci de ne jamais hésiter dans ces conditions et de vous avoir toujours les uns pour les autres. Je vous aime tous. le gouvernement au travail et c’est une chose glorieuse. – Merci aux centaines de personnes, familles et amis qui ont tendu la main à ma femme pour l’aider en cette période difficile. – À mes frères «H8ti» Merci de ne jamais hésiter dans ces conditions et de vous avoir

    Texte original : Sometimes life is stranger than fiction and filled with crazy adventures. I am alive and back home. We all are. – Its now known that I do security work and have done it for years. My days of doing any out of the U.S. is officially over because I’m plastered all over media around the world. – The team was in Haiti to provide security work for people who are directly connected to the current President. We were being used as pawns in a public fight between him and the current Prime Minister of Haiti. The people of Haiti were really good to us and all of us will forever be thankful to the ones in the jail who helped us. The jails are awful with conditions I wouldn’t wish for anyone to experience. – We were not released we were in fact rescued. To the men who risked their lives to do so: you boys are getting some serious care packages!!! We owe you our lives. – Thank you to the American government, the State Department, the U.S. Embassy in Haiti, The American Ambassador to Haiti, and the hundreds of men and woman who stepped in to save us. – It’s been a long time since I have seen the weight of the U.S. government at work and it’s a glorious thing. – Thank you to the hundreds of people, family, and friends who reached out to my wife to help her during this difficult time. – To my “H8ti” Brothers Thank you for never wavering under the conditions and always having each others backs. I love all of you.

    REPLY
  • gerry/ NICOLAS
    6 février 2020, 13:28

    Québec, le 2 février 2020

    Lettre ouvert : À l’attention Président de la République d’Haïti
    Objet : Amendement de la constitution du 29 mars 1987

    Monsieur le Président,
    En tant que citoyen canadien d’origine haïtienne, citoyen engagé, interpellé et concerné par les problèmes politiques, socio-économiques et les crises auxquels notre pauvre pays fait face depuis plus de trois décennies. Permettez-moi de vous suggérer certaines actions nécessaires pouvant non seulement sortir Haïti de cette impasse, mais surtout éradiquer la misère, la souffrance, l’injustice, l’inégalité, et l’insécurité qui gangrènent ce pauvre pays pour redonner l’espoir à nos frères et sœurs haïtiens qui vivent dans des conditions inhumaines.
    Pour être franc avec vous, je vous demande de bien vouloir amender la constitution de 1987 afin de permettre aux Haïtiens de la diaspora qui sont nés en Haïti, de parents biologiques haïtiens de participer à la vie politique d’Haïti tout en étant capable de se présenter comme candidat aux élections, et ceci, à tous les postes électoraux sans exception et sans restriction. Que la reconnaissance de la double nationalité d’un citoyen haïtien ne soit pas un blocage, un handicap, mais plutôt une richesse, un atout permettant à ceux qui veulent apporter leur expertise, leur expérience, leur compétence, leur savoir-faire et leur savoir-être pour aider Haïti à se diriger vers la voie du progrès et le développement durable. Nous pouvons prendre le Canada comme exemple parmi les pays qui ne considèrent pas la double nationalité comme une barrière, mais plutôt un atout considérable.
    Vous êtes en première ligne, un observateur privilégié de la désintégration tranquille, mais inexorable de notre pays. Vous savez à quel point notre peuple est au bord du crépuscule et vous êtes conscient de toutes les problématiques et les situations chaotiques que fait face Haïti surtout en ces dernières années.
    À maintes reprises, vous l’avez mentionné vous-même que notre pays a besoin de la diaspora pour réussir et sortir enfin de la crise permanente. Maintenant que vous avez les deux mains sur le volant et que vous avez décidé d’agir concrètement pour vous débarrasser des tribulations et des tractations parlementaires et sénatoriales, nous vous demandons de concrétiser vos paroles en action et ainsi nous donner satisfaction avant les prochaines élections générales et présidentielles de 2022.
    Vous avez dit que le pays est dans une crise sans interruption depuis la chute de la dynastie ou du régime Duvaliériste qui, durant son règne a semé toutes les mauvaises graines et les mauvaises herbes et qui laisse encore ses séquelles dans le quotidien du peuple haïtien. Cela dit, cette crise reste et demeure l’héritage empoisonné de ce régime dictatorial. Malgré toutes les péripéties qu’Haïti ait connues avec ce gouvernement dictatorial, nous constatons que cette famille cherche encore à se régénérer en la personne de son dernier rejeton mini doc Nicolas Duvalier, venu reconquérir son trône à vie. C’est impensable et incroyable !
    Notre pays est devenu une terre de violence : la violence est en tout et partout; dans tous les secteurs et dans tous les domaines, la violence est présente. L’oligarchie n’est que violence, la corruption pyramidale tous azimuts, on ne voit que de la violence. De plus, la pauvreté extrême est d’une redoutable violence. La violence est tellement visible, nous la voyons même dans notre environnement, composé de la poussière et des immondices en putréfaction dans une chaleur intense qui pilule les rues. À l’hôpital général, il y a que violence. À travers les rues défoncées et le trafic, il existe une monstrueuse violence.
    Monsieur le Président, Haïti est un pays violent, et je m’inquiète énormément pour sa survie et son avenir. Il est urgent de faire quelques choses, il faut passer à l’action. Haïti est dans la dernière pente, sa vie est en danger, la vie de ceux et celles qui vivent dans le pays est en danger, la vie de toutes les diasporas haïtiennes qui veulent s’investir dans le pays est en danger, la vie de ceux et celles qui visitent Haïti est en danger… N’est-il pas judicieux de passer à l’action maintenant en prenant des moyens efficaces pour éradiquer toutes ces formes de violence et de déclarer zéro tolérance aux individus insensés sans foi ni loi qui sèment la terreur? Je préconise une violence chirurgicale contre les ennemis du développement.
    Notre pays est à la croisée des chemins, à des années-lumière d’un développement durable. Vous connaissez mieux que moi les chiffres et les statistiques sur notre pays et la réalité est sans équivoque. Cette situation ne peut pas durer encore une autre décennie et une autre transition, terreau fertile, à la régénération d’un système maléfique, égocentrique, destructeur qui gangrène à la base tout effort d’innovation et de progrès socio-économiques et politiques.

    Aujourd’hui encore, en ce 21e siècle, Haïti et notre peuple ont besoin de tous ses fils et filles de la diaspora. C’est dans cette même diaspora que nous retrouvons les meilleurs éléments de notre nation, c’est-à-dire, des Haïtiens qui n’ont pas été génétiquement mutés par le virus de la corruption; des Haïtiens élevés et nourris dans une culture, dans un environnement qui pratique et qui favorise le respect : respect pour les citoyens, respect des biens communs, respect de l’État, respect pour la vie de chaque être humain.
    Un environnement qui favorise aussi une économie libre, plurielle et non dominée par une pincée d’oligarques sans scrupule et sans cœur, qui monopolise tout, qui pollue tout, qui corrompt tout, qui fait fi de tout sentiment patriotique. Leur cœur n’est pas enraciné profondément dans la terre haïtienne comme vous et moi. Ces gens-là ne pensent qu’à remplir leurs poches sans se soucier des plus démunis et les plus marginalisés.
    Vous avez commencé un travail fantastique, vous avez non seulement exposé ce système au grand jour, mais aussi vous avez eu le courage de le dénoncer publiquement et vous avez juré de l’abattre. Au moins trois têtes, vous avez dit… Nous sommes tous avec vous dans cette lutte à mort et vitale. Ce décret d’ouverture de la vie publique à la Diaspora donnera un coup fatal à ce système.
    Donnez-nous avec ce décret, l’opportunité d’empêcher la régénération de ce système, qui, vous savez aussi bien que moi, ne se laissera pas déraciner sans une ultime bataille et la stratégie de cette bataille est déjà avancée. Ils ont envoyé dans la mêlé leur meilleur élément en la personne de Réginald Boulos, la soi-disant 3e voie. Comme disait Marcus Aurélius : Il ne peut pas régner, il ne doit pas régner…(en ce qui me concerne, il peut bien se faire un 3e trou du cul avec sa 3e voie)
    Celui qui doit vous remplacer doit émerger de cette diaspora, si généreuse avec les siens, qui contribue chaque année et fidèlement a une part non négligeable du budget haïtien, plus de 2 milliards. L’Amour que portent les 4 millions de la diaspora à leur patrie et à leur peuple doit être enfin reconnu. Ce décret sera un geste de remerciement et de reconnaissance pour ce service rendu à une nation reconnaissante.
    Les fils et filles d’Haïti qui ont grandi à l’occidental, qui comprennent ses valeurs, ses principes et ses modes de fonctionnement, viendront en masse, contribuer à enfoncer profondément, les derniers clous dans le cercueil de ce système déjà bien affaibli par son exposition.
    Ce décret restera dans les annales de l’histoire comme étant, de votre part, la réparation d’une grande injustice faite aux fils et aux filles du pays, qui ne sont pas partis à l’étranger par tous les moyens disponibles de gaité de cœur, mais parce que le système oppressif, abusif, générateur de la pauvreté indigne, d’inégalités, était insupportable et destructif. Il aura été impossible pour les Haïtiens modestes et les persécutés politiques de s’épanouir convenablement dans l’ombre du système que vous connaissez et que nous méprisons tous aujourd’hui. Seul l’exil était le salut nécessaire. Si les pays amis offrent pendant 48 heures des visas à tous les Haïtiens, sans restriction ou condition, une véritable marée humaine envahirait les consulats, après 48 heures, il n’y aurait plus suffisamment d’Haïtiens en Haïti pour parler d’une nation !!

    En ces temps de troubles et obscurs, la Nation haïtienne a bien besoin de tous ses enfants, surtout ceux et celles qui ont grandi à l’étranger, et qui ont à cœur le développement de leur patrie d’origine et jamais oubliée. Notre diaspora est riche en savoir-faire, en savoir-être, en compétences, en expériences, en expertises et en capitaux. C’est votre destin divin, votre héritage à la nation et aux fils et filles de Dessalines. Ouvrez-nous la porte !
    P.S. : Haïti ne pourra plus supporter cette crise bien longtemps, un jour ou l’autre, une rébellion armée avec à sa tête la fine fleur de la diaspora haïtienne, comme fer de lance, viendra dans le sang régler ses comptes avec tous les responsables de nos malheurs et ce jour-là, le feu grégeois.

    Très respectueusement,
    Gérald Nicolas
    Président de la Diaspora en croisière pour libérer Haïti.

    REPLY