Drame à Baradères : quatre personnes tuées à coups de machette

Drame à Baradères : quatre personnes tuées à coups de machette

Quatre personnes dont un présumé bandit et deux femmes ont perdu la vie dans un drame survenu jeudi à Nordiest, 4e section communale de La Plaine, à Baradère.

Le nommé Manigat et plusieurs de ses proches vivent dans la zone. C’est l’auteur principal de cet événement regrettable, qui par la suite, allait être la quatrième personne partie pour l’au-delà.

Après avoir consommé une substance assimilable à de la drogue, et qui agit sur sa lucidité, Manigat est passé à l’action. Sa première victime, une femme qu’il a décapitée.

Barbancourt

le rhum des connaisseurs

Sa grand-mère, qui a vu l’action et qui voulait crier au secours, a été sa deuxième cible. Elle n’a pas eu le temps de fuir la cruauté de Manigat. Mme François Bazile a été également décapitée.

Manigat n’a pas pu retenir sa cruauté. Il a pris la fuite. Sur son passage, un homme, retrouvé dans son jardin non loin de Nordiest, a subi l’assaut démesuré du criminel. C’est la troisième personne décapitée.

Les habitants de la zone, offusqués, se sont jetés sur l’individu et l’ont infligé le même sort. Ils l’ont tué et enterré sur place, selon le président du Conseil d’Administration des Sections Communales (CASEC), Ulrick Pierre, intervenant sur les ondes de la RTVC.

Les policiers passifs ou absents, la communauté livrée à elle-même

Selon le président du CASEC, Manigat avait été arrêté et conduit au sous-commissariat. Il était accusé d’agression physique contre son beau-père et destruction d’une maison appartenant à sa mère. Mais les policiers ont refusé de le garder.

Douze policiers sont affectés au sous-commissariat de la zone, selon M. Pierre qui dénonce l’absence fréquente des agents de l’ordre sur leur lieu de travail. «Si un individu commet un acte répréhensible, aucun agent n’est disponible pour assurer le suivi de la plainte», a-t-il fait savoir.

«Même après l’émission d’un mandat, il est difficile de trouver un policier pour l’exécution», a déploré l’élu de la section communale. Il a lancé un appel aux autorités compétentes afin de renforcer la présence policière dans la zone.

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *