Éditorial : Commission de facilitation ou Commission d’exclusion

Éditorial : Commission de facilitation ou Commission d’exclusion

De plus en plus, l’Opposition s’apparente à un Club de mauvais perdants, tentant de prouver une puissance dont elle n’est pas détentrice.

Parce qu’ils disposent encore d’une petite capacité de nuissance dans une société où la mémoire fait défaut, les opposants s’arrogent le droit, malhonnêtement, de nous pourrir la vie, d’hypothéquer l’avenir de nos enfants.

Aujourd’hui, à travers de fausses alliances et des petites concessions contre-nature, les éternels opposants ont mis sur pied une COMMISSION pour faciliter la passation du pouvoir.

Barbancourt

le rhum des connaisseurs

Cette entité qui recèle en son sein, pour l’heure, sept petits cancres politiquement mal dégrossis, n’a qu’un seul mérite. Reconnaissons-le, la Commission porte bien son nom. Elle est formée en vue de la réalisation d’un vieux rêve : la prise illégale du Pouvoir. Pas plus, pas moins!

Cette commission, mieux encore ce Club de petits politiciens perdants, porte en lui-même les germes de l’exclusion.

Les femmes, la société civile, l’église, l’Université, et mêmes les PetroChallengers de bonne foi qui ont donné un sens à la lutte contre la corruption, sont exclus de cette commission. Pardon! De ce Club!

Ont-ils fait fi également du secteur des droits humains? Oui. Eh bien, ils se sont eux-mêmes démasqués. Ôtes-toi Jovenel que je m’y mette ! Voilà le cliché basique de leur idéologie de chambardement.

Le pays n’est pas dirigé. C’est un fait! D’ailleurs, le Blanc, maitre accepté et vénéré par nos « dirigeants », avait demandé à Jovenel Moïse de GOUVERNER. Preuve que l’amateurisme de ce dernier a dépassé les frontières.

Mais, il est aussi évident que les casses, les incendies, les pillages et les manifestations violentes ne s’organisent pas pour le peuple. Bien au contraire! Prise du Pouvoir: leitmotiv des opposants. Par n’importe quel moyen : leur seul raison.

Mettre en place une commission de facilitation de la passation du pouvoir sans vouloir dialoguer avec celui qui, bon gré, mal gré, en est le détenteur, c’est vouloir avoir le beurre et l’argent du beurre.

À coquin, coquin et demi! Jovenel Moïse semble avoir vu clair dans leur jeu.

4 comments

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *

4 Comments

  • R. Doris
    3 octobre 2019, 21:53

    "Mais, il est aussi évident que les casses, les incendies, les pillages et les manifestations violentes ne s’organisent pas pour le peuple. Bien au contraire! Prise du Pouvoir: leitmotiv des opposants. Par n’importe quel moyen : leur seul raison."
    Bande de criminels, vous voyez les casse mais qu’en est-il de ceux qui se meurent à l’hopital faute de soins? Ceux qu’on tue par dizaine? Oubliez-vous la saline, Carrefour Feuilles et Tokyo? Vous voyez vos interêts et non ceux des autres. Apprennez à considérer la vie des autres.

    REPLY
  • F. Desir
    4 octobre 2019, 00:04

    C’est pas une affaire de mauvais perdent ou de camp politique ?-regarde comment va Haïti bon sang ? Elle va mal , il faut faire quelque chose, entant que président soyons sérieux, Jovenel aurait pu rebâtir port au prince complètement, la ville, portail place d’Italie etc… pour ne pas citer encore mais qu’est ce qu’il fait ? Et le peuple est toujours dans la crasse. Parlement ou pas, gouvernement démissionnaire ou pas, où est le travail du Président ? Que les routes de sa caravane qu’il a mise en place avec le CNE c’est tout ? Où sont les déchetteries et les prisons qui doivent être construit dans le pays, un système de bus public, des trains et des gares, où sont-ils ? Les appartements adéquates pour les fonctionnaires les scientifiques les médecins les chercheurs les professeurs les policiers et le peuple où sont-ils ? Où sont les parcs et jardins, des boucheries et abattoir adéquates, de l’élevage animale et végétale réglementée et bien structuré, où sont-ils ? Pourquoi y manque autant de chose dans le pays et le pays à un Président ? et un gouvernement ? Y a beaucoup de questions à se poser dans ce cas là.

    REPLY
    • Mario Beauliere@F. Desir
      4 octobre 2019, 00:16

      La poche avant tout—devise des politiciens Haitiens

      REPLY
  • Jean adolphe
    6 octobre 2019, 06:40

    Vox populi vox dei ça n’a aucune valeur pour vous on dirait? Comme je ne crois pas a l’existence du diable, si non, je dirais que vous etes son porte parole en Haïti . An bon kreyol yo di, lè mèt cabrit mandew cabrit ou pa di’l plenn.

    REPLY