Éditorial:Des opposants autour de la table du « Blanc »

Éditorial:Des opposants autour de la table du « Blanc »

L’incohérence, la platitude, la volonté manifeste d’être esclave des opposants radicaux ne cessent de nous surprendre.

Nenel Cassy, Evalière Beauplan et consorts qui ont, en maintes occasions, rejeté la main tendue du président de la République, Jovenel Moïse, cherchent, aujourd’hui comme hier, l’appui du blanc pour parvenir à leurs fins: la prise illégale du Pouvoir.

À défaut de pouvoir renconter les « Gros Blancs », les opposants farouches au Pouvoir sont allés prier aux pieds d’un petit député, sans influence sur l’échiquier politique. Véritable coup d’épée dans l’eau.

C’est un secret de polichinelle : l’administration Trump ne déroulera pas le tapis rouge pour ceux qui incitent à la violence à longueur de journée. L’administration Trump n’invitera pas à sa table des politiciens aux « sales dossiers ».

Barbancourt

le rhum des connaisseurs

L’aile dure de l’opposition octroie une fin de non-recevoir au dialogue inter-haïtien réclamé par certains secteurs de la vie nationale, alors qu’elle est prête à courber l’échine quand il s’agit de rechercher la bonne grâce de la communauté internationale, particulièrement des États-Unis.

Quel paradoxe! Quelle bêtise sans nom!

Rêveurs impénitents de la prise du pouvoir par les armes, les opposants crachent sur tout ce qui rend possible la démocratie. Débat public, pensée libre, compromis…, les vrais démocrates peuvent se les mettre là où les protagonistes du chaos le pensent.

À défaut de pouvoir assauter le Palais national et s’emparer du fauteuil présidentiel, les opposants au pouvoir en place ont installé, à grands coups de millions, leur dictature dans les différentes rues de la région métropolitaine et dans certaines villes de province.

Et nous voilà barricadés, pris entre les pneus enflammés de la dictature de l’opposition radicale, pour la septième semaine consécutive.

À défaut de pouvoir enfiler le costume des vrais démocrates, les opposants farouches au Pouvoir appliquent, sans scrupules, la politique du « maître et de l’esclave ».

Jovenel Moïse peut toujours continuer à rêver de la formation d’un gouvernement d’union nationale, Nenel Cassy, Evalière Beauplan et consorts feront tout pour favoriser dans le pays « une nouvelle occupation étrangère ».

2 comments

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *

2 Comments

  • Ronald Charles
    2 novembre 2019, 14:05

    M vreman pa konprann baraten nou pibliye a. Kote nou prone yon bagay serye la menm. Dim kiyès ki pa gen blan nan peyi a. Siman yal pote chèf Jovenel plen pou li. Pou lè gen enjerans yo, lè anbasadè ap met men sou zèpòl prezidan yo pèsonn pa di anyen. Jqn nou pibloye bagay sa a menm jounal leta a paka pale konsa. Posib pou nou yon jounal prezidan an. Ki opozisyon nap pale? Pouki nou pa poze vrè problèm yo? Tout dezòd yo pa dekoule lòt kote:
    Prezidan pa gen dwa gen minis jistis nan dezyèm tèt pouvwa li ki la pou balanse sosyete a. M wè nou trete moun opozan, jan nou rele yo a tankou mwen ke ryen,kom kwa yo pa legal nan demach yo a. Ki peyi nan mond lan ki pa gen opozisyon anfas pouvwa ki ap dirije a? Mwen pa pozisyonem men nou mal redije je ne sèkwa nou an. Si mesye jistis tap fonksyon tqnkoul ye nan peyi a prezidan an patap vyole konstitisyon an ak yon bann lot paket lwa nan peyi a. Pandan mwen pase wè nou an, banm ki estati Lapin😢? Je nou pa kale poun konprann c nan kawo nou ye la a?
    Chanje done yo mezanmi

    REPLY
  • Noncent Dieuné
    4 novembre 2019, 05:56

    Ce sont des escroqueries, des ivrognes, ils travaillent en faveur de la bourgeoisie, non au détriment des pauvres. Ils profitent la misère du peuple, pour remplir les cases de sa fortune.

    REPLY