Éditorial:L’Opposition: anti-Jovenel ou anti-Éducation?

Éditorial:L’Opposition: anti-Jovenel ou anti-Éducation?

On se le rappelle, les opposants politiques avaient fait le serment de perturber la tenue des examens officiels 2018-2019. Ils avaient tenté, mais en vain.

La détermination et l’impatience des élèves, des bacheliers, à se faire évaluer, étaient telles que les menaces d’une opposition dont la faiblesse est la signature se sont révélées stériles.

Dans la paix, nos enfants ont subi les examens. C’est ainsi que l’acte de décès de l’opposition a été signé. C’était le temps du répit depuis.

Effrontément, les opposants politiques reviennent à la charge, annonçant la reprise des manifestations alors même que l’année académique 2019-2020 vient de s’ouvrir. Décidément, L’Opposition est une machine à emmerdements!

Barbancourt

le rhum des connaisseurs

Comme cela a été le cas depuis très longtemps, les 189 jours de classe prévus dans le calendrier scolaire de cette année académique ne seraient pas respectés. La faute à qui?

Sans faux-fuyant: à une opposition sclérosée dont l’imagination ne dépasse pas le niveau du « béton ».

Les soi-disant anti-Jovenel ont laissé passer la plus ou moins longue période des vacances pour nous pourrir la vie, maintenant que nos enfants reprennent le chemin de l’école, des mouvements de rue sont annoncés.
Et s’il s’agissait d’un complot pour empêcher cette jeune génération d’acquérir le Savoir nécessaire à sa réussite, la réussite de son pays?

« Yo vle gad timoun yo nan fè nwè ». Subtile hier, le jeu est aujourd’hui visible. Les opposants ne sont pas anti-Pouvoir. Mais, anti-Éducation, anti-Savoir.

Depuis très longtemps, les adeptes de l’obscurantisme sont à l’oeuvre. Stoppons leur marche en osant, déterminés, éduquer nos enfants!

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *