Élections 2019: l’OPL émet des doutes

Élections 2019: l’OPL émet des doutes

L’Organisation du Peuple en Lutte dit douter de la réalisation des éléctions en octobre prochain, considérant que le bon déroulement de ces scrutins devrait être le fruit d’un dialogue sincère.

Or, selon le coordonnateur général de cette structure, le dialogue enclenché par le pouvoir en place est mal orienté.

L’ homme politique Edgard Leblanc Fils déduit que le chef du Gouvernement a réduit le dialogue à une affaire de  »partage de gâteau ou partage de responsabilités », à travers un consensus autour d’un remaniement ministériel.

Pourtant, il dit croire qu’au cours du dialogue les maux qui rongent le pays devraient être au centre des débats dans la perspective de trouver des éléments de solution afin de favoriser un climat propice à la réalisation des élections et un retour à l’ordre constitutionnel.

Barbancourt

le rhum des connaisseurs

 »Les autorités de l’ État n’ont pas besoin d’harmoniser leurs actions, ni d’agencer leurs réflexions autour du dialogue et la réalisation des élections », tranche Edgard Leblanc Fils.

Danio Siriak, le coordonnateur à la communication de l’OPL va plus loin dans ses propos pour exprimer ses préoccupations quant à la réalisation des scrutins.

 »Aucune élection sérieuse ne sera possible en Haïti sans que l’ONI ne soit pas libéré de la férule des prédateurs politiques et des corrompus qui l’empêchent de renouveler les cartes de plus de 4 millions d’électeurs sur 7 millions.
Aucune élection sérieuse ne sera possible sans l’épuration du registre électoral qui n’est pas fiable à 30%. Aucune élection ne sera possible si le conseil électoral appelé à l’organiser ne procède à l’enregistrement des électeurs pour mettre fin à la péripétie de recherche par ci, par là des bureaux de vote le jour du scrutin », analyse t-il.

Après avoir étalé ces problèmes qui pourront entraver la tenue des élections, le membre de l’OPL a questionné la légitimité du Conseil Électoral en place croyant fermement que des acteurs politiques et ce qui reste des pouvoirs de l’État devraient se reunir afin de statuer sur ce sujet.

1 comment

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *

1 Comment

  • Sanozier Francois
    29 janvier 2019, 16:18

    Commentaire *

    REPLY