Emmanuelle, Astrid, Elizabeth…Nos archives de la semaine sur Instagram

Emmanuelle, Astrid, Elizabeth…Nos archives de la semaine sur Instagram

LES ARCHIVES DU FIGARO – Au hasard de nos archives, deux mondes bien éloignés se côtoient dans notre sélection. Deux futures reines et la «petite sœur des pauvres».

Une femme de cœur, qui a consacré sa vie aux autres et aux plus pauvres. Née le 16 novembre 1908, Sœur Emmanuelle, cette franco-belge, énergique et déterminée, vécut longuement auprès des chiffonniers d’Egypte oeuvrant pour les arracher à leur misère. Tous ceux qui l’ont approché soulignent sa joie communicative, son espièglerie naturelle; très médiatique, star des plateaux télévisés la «petite sœur des pauvres» aimait s’y rendre pour défendre toutes les causes qui lui étaient chères. En particulier, mettre en avant son association Asmae présente dans de nombreux pays: Égypte, Philippines, Burkina Faso ou Madagascar. Ce mouvement s’occupe aujourd’hui encore des enfants des rues, de la création de dispensaires et de la sensibilisation des familles à l’hygiène. Quelques jours avant son centenaire en 2008, la bienfaitrice des chiffonniers s’éteignit laissant un livre posthume, un témoignage où elle confie inlassablement sa spiritualité et sa foi en l’homme.

Barbancourt

le rhum des connaisseurs

Un destin bien différent: celui de la jeune princesse Astrid de Suède dont nous commémorions l’anniversaire de naissance le 17 novembre. Née en 1905 sa vie de princesse puis de reine s’acheva malheureusement trop tôt. Femme sublime, dès son arrivée sur le sol de la Belgique en 1926, elle va conquérir le cœur des Belges. «Jamais je ne vis princesse étrangère saluée de pareils cris d’adoration qui consacraient à l’avance la future reine» s’exclame le journaliste du Figaro. Devenue reine en 1934, Astrid est proche du peuple belge et est réputée pour sa grande gentillesse. De son vivant la jeune femme devient un mythe attisé par sa mort prématurée à l’âge de trente ans. Le monde entier est alors frappé de stupeur. Le Figaro reproduit le télégramme de Paul Claudel ancien ambassadeur de France à Bruxelles remplit d’émotion: «Elle était si belle, si douce et nous l’aimions tant! Ce sera demain le cri de toute la Belgique et je ne puis qu’y associer mon cœur et ma voix. Que Dieu sauve le Roi!»

Poursuivons toujours sous les ors de la royauté. C’est le 20 novembre 1947 que la jeune Elizabeth de Windsor épouse le prince Philip. Contrairement à de nombreuses unions de princesses à l’époque, c’est un mariage d’amour et non de convenance. Amoureuse de son beau prince depuis l’adolescence, la princesse voit son rêve se réaliser en 1947 malgré les réticences de la famille de la jeune femme. Un mariage splendide, une marée humaine se trouve sur le parcours du cortège et pas moins de cinq rois et cinq reines ont fait le déplacement. À travers le carrosse on découvre la tenue de la princesse: «une robe de satin opale, au décolleté bas en forme de cœur, que rehaussent, brodées de perles, des guirlandes de roses blanches…»
À la mort du roi George VI, Elizabeth lui succède: elle est couronnée en juin 1953. Contrairement à la jeune reine Astrid de Belgique, Elizabeth bat un record de longévité sur le trône anglais depuis le 21 avril 2015. Il était tenu jusqu’alors par la reine Victoria (1837-1901). Aujourd’hui à 94 ans, la rumeur affirme que la reine Elizabeth pourrait céder son trône en 2021, à son fils le prince Charles.

Si vous aimez l’histoire rejoignez-nous sur @figaroarchives

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *