En s’aventurant sur cette voie illégale, Clamé-Ocnam Daméus veut-il piéger le président de la République ?

En s’aventurant sur cette voie illégale, Clamé-Ocnam Daméus veut-il piéger le président de la République ?

Dans l’affaire PetroCaribe, le commissaire du Gouvernement près le tribunal de Première Instance de Port-au-Prince, Me Clamé-Ocnam Daméus, ne cesse de surprendre les esprits avisés comme le citoyen lambda tant par ses élucubrations que par ses gaffes.
Après sa vague d’invitations illégales découlant de son excès de zèle auquel deux anciens Premiers ministres et un homme d’affaires n’ont pas prêté le flanc, le Parquetier, ‘’manager autoproclamé du dossier PetroCaribe’’, s’est adressé à un ensemble de personnalités dont le ministre de la justice et de la sécurité publique, Jean Roudy Aly.

Au titulaire du MJSP, Me Clamé-Ocnam Daméus a demandé d’intervenir auprès du Premier ministre, Jean Henry Céant, pour qu’il s’adresse au Président du Sénat de la République, Joseph Lambert, afin que lui soient communiqués incessamment les documents des deux rapports d’enquête du Sénat de la République relatifs à l’affaire PetroCaribe.
Le commissaire a précisé que ces deux rapports produits par les sénateurs Youri Latortue et Evalière Beauplan s’avéreront d’« une importance capitale dans la constitution du dossier PetroCaribe »…
Comment un commissaire du Gouvernement qui est censé connaitre la Loi peut-il commettre une telle bourde ?
En effet, Me Clamé-Ocnam Daméus laisse l’impression qu’il vit sur une autre planète et ne sait pas que les deux rapports en question n’ont pas été sanctionnés par le Sénat de la République pour le compte duquel les Commissions permanentes travaillent. Donc, qu’il s’agisse du document politique de Youri Latortue ou du ‘’ramassis de chiffrés falsifiés’’ d’Evalière Beauplan, ces deux rapports n’ont aucune validité, aucune force morale.
Qui pis est, dans le rapport du Lavalasien forcené, le président de la République, Jovenel Moïse se trouve indexé comme représentant de la compagnie COMPHENER S.A ayant bénéficié d’un contrat qui aurait été passé de gré à gré pou la fourniture et l’installation de 65 lampadaires dans la localité de Savanette et Mont-organisé. Un contrat qui s’évaluerait à plus de 4 millions de gourdes, selon le document Beauplan.
Fort de cette considération, il est de bon droit de se demander si le chef du Parquet veut piéger le locataire du Palais national en s’aventurant sur cette voie illégale ? Me Clamé-Ocnam Daméus pèche-t-il simplement par excès ou par ignorance ?
En tout as, on attend voir si le Premier ministre, Jean Henry Céant, avocat de profession, jouera les naïfs en répondant favorablement à la demande d’Ocnam.
Continuons de suivre ce feuilleton de mauvais goût !

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *