ENS : un professeur de l’UEH limogé pour fraude

ENS : un professeur de l’UEH limogé pour fraude

Le professeur Jean Fritzner Étienne de l’Université d’État d’Haïti limogé suite aux résultats de l’enquête le liant à l’intégration de Néhémie Valmont Étienne comme profeseure au sein de l’ENS.

En effet, le Conseil de l’Université d’État d’Haïti a récemment, dans une note, annoncé la fin au contrat du professeur de l’École Normale Supérieure (ENS).

Selon cette note, publiée en date du 25 mai, le professeur Jean Fritzner Étienne a participé à l’intégration irrégulière de Néhémie Valmont Étienne dans le programme de Master de l’Ecole Normale Supérieure (ENS).

Il est clairement indiqué que Néhémie Valmont Étienne n’avait pas les pré-requis pour faire partie de ce programme. De plus, l’on suspecte Mme Étienne d’avoir été nommée professeur à temps plein dans des conditions frauduleuses.

Barbancourt

le rhum des connaisseurs

C’est pourquoi, en vertu des articles, 47, 48, 178, 180, 188, 198 et 199, le Conseil exécutif de l’université d’État d’Haïti a limogé le professeur Jean Fritzner Étienne.

1 comment

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *

1 Comment

  • Jean Fritzner Etienne
    22 septembre 2020, 14:16

    Je suis Jean Fritzner Etienne. Je n’avais pas pris au sérieux cet article débile qui montre que ce journal ne se soucie pas d’une approche objective dans le traitement des informations. Il aurait dû me contacter, ce qui lui donnerait une idée juste de ce complot ourdi contre moi par Fritz Deshommes, recteur contesté de l’Ueh, qui me voue une haine implacable, puisque j’ai été en 2016 l’un des membres du Conseil de l’Université à éclamer l’invalidation de son élection pour faux diplôme et non présentation de son diplôme de maîtrise. Accusé de détention d’un faux diplôme de doctorat, il a eu l’audace de révoquer l’unique spécialiste en histoire coloniale du pays et détenteur d’un doctorat, sur la base d’accusations fausses. Je vais exiger que le journal retire l’information diffamatoire sur son site.

    REPLY