Entre accusations et mensongers, politiciens et hommes d’affaires tentent de politiser Petrocaribe Les mensonges ne sont pas éternels (en créole : tou manti pa fon).

Entre accusations et mensongers, politiciens et hommes d’affaires tentent de politiser Petrocaribe  Les mensonges ne sont pas éternels (en créole : tou manti pa fon).

Après sa rencontre avec l’homme fort de l’ONA, Youri Latortue, le directeur exécutif de la compagnie vendeuse de blackout, SOGENER, Dimitri Vorbe, a fait savoir aux journalistes qu’il n’a jamais reçu un centime en provenance des fonds Petrocaribe. Pourtant, bien avant, il avait reconnu sur Twitter avoir une dette de 193 millions de dollars pour

Après sa rencontre avec l’homme fort de l’ONA, Youri Latortue, le directeur exécutif de la compagnie vendeuse de blackout, SOGENER, Dimitri Vorbe, a fait savoir aux journalistes qu’il n’a jamais reçu un centime en provenance des fonds Petrocaribe.

Pourtant, bien avant, il avait reconnu sur Twitter avoir une dette de 193 millions de dollars pour la BMPAD qui gère les fonds vénézuéliens.

En toute logique, monsieur Vorbe qui prend tout le monde pour des imbéciles, veut nous dire que ceux qui reçoivent en nature, c’est-à-dire, le carburant, Diesel, gazoline, kérosène, mazout ou l’asphalte de Petrocaribe, n’ont rien à voir avec les Fonds PetroCaribe.

C’est sûr qu’il trouvera quelques idiots pour applaudir ses salades. 

 

Plus loin, comme pour porter le mensonge à son comble, Dimitri Vorbe a expliqué, et le sénateur Youri Latortue après lui, que quelqu’un lui aurait demandé de l’argent en 2011, au nom de Laurent Lamothe, pour ne pas résilier ses contrats léonins avec l’État, qui “accordent à la SOGENER des exonérations sur 15 ans, notamment en ce qui concerne les impôts, droits et taxes sur tout ce qui intervient dans le projet…les actionnaires ont été exonérés, les prêteurs, les opérateurs, sans compter les franchises douanières pour les matériels et équipements.”

Une façon de dire au peuple qu’il prend pour un regroupement d’imbéciles : si l’ex-Premier Ministre Laurent Lamothe a exigé de renégocier le contrat, c’est parce que la SOGENER avait refusé de payer. Pour la vérité et pour l’histoire, à cette époque M. Lamothe n’avait pas encore été aux commandes de la Primature.

  Toutefois, Monsieur Vorbe devra expliquer pourquoi, la BID et la Banque mondiale ont elles aussi recommandé de renégocier ces contrats absurdes. A t-il refusé de verser de l’argent à ces institutions???

Bref! Laissons le Sénat faire son “travail” ! 

Cependant, il parait étrange que le Sénateur Youri Latortue, militaire de profession, policier de la PNH et juriste, n’a même pas mis au conditionnel, les accusations de l’homme d’affaires Dimitri Vorbe. C’est incroyable!

 Car, un Sénateur qui se respecte aurait dû prendre les paroles de monsieur Vorbe avec prudence. Car, l’homme, sa famille et son entreprise sont soupçonnés de délit d’initié, grâce à leurs relations privilégiées avec le président René Préval et surtout avec son épouse. Une commission d’État sur l’Électricité les a même accusés de surfacturation.  

Mais, Youri Latortue ne juge pas utile d’aborder ces points dans le dossier. Pour lui, le plus important, ce sont les allégations de Dimitri Vorbe. 

Le sénateur Latortue est allé en besogne, jusqu’à évoquer la loi anti-corruption de 2014 pour des accusations basées sur des allégations qui remontent à 2011. 

La peur de Laurent Lamothe le rend fou! 

 

Tous les moyens sont bons pourvu qu’ils permettent d’atteindre l’ancien Premier Ministre qui marque encore les esprits en termes de réalisation, de transparence, de modernité et de dynamisme.

Comme ce fut le cas au sénat de la République qui s’était dessaisi de l’affaire PetroCaribe en transférant le dossier à la cour supérieure de comptes, le premier février dernier, ceux qui tentent encore de politiser  le dossier des fonds vénézuéliens échoueront piteusement.

 

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *