Éphémérides du 27 octobre

Éphémérides du 27 octobre

1864 : Publication du Code Rural de Geffrard.
Composé de 132 articles repartis sur 9 chapitres, ce Code fut le deuxième de ce genre à être publié en Haiti. Le premier, celui du 4 mai 1926 publié par Jean-Pierre Boyer avait été toutefois abrogé en 1843.

Les évènements historiques qui se sont déroulés un 27 octobre en Haïti.

Le Code de Geffrard aurait dû entrer en vigueur le 1er janvier 1865, mais son application fut retardée à cause des troubles civils et des difficultés d’organisation du personnel.

Une fois appliqué, il resta en vigueur jusqu’au 16 mai 1962, quand François Duvalier publia son propre Code.

Le Codes :
• Code rural d’Haïti. Port-au-Prince : De l’Imprimerie du Gouvernement (juillet 1826)

• Saint-Amand , Jean. Le code rural d’Haïti : publié avec commentaires et formulaire, notes et annexes, à l’usage des functionnaires, officiers et agents de la police rurale. Port-au-Prince : A. Guyot, 1872.

Barbancourt

le rhum des connaisseurs

• Code rural Dr. Francois Duvalier. Port-au-Prince, Imprimerie de l’État, 1962.

1883 : Mort de Boyer Bazelais.
L’un des chefs de file du parti Libéral Boyer Bazelais, à la tête d’une petite armée, aurait débarqué à Miragoâne avec l’intention de renverser le gouvernement du président Salomon. Sa mort aurait entraîné la capitulation des rebelles.

Journée Mondiale

27 octobre : Journée mondiale du patrimoine audiovisuel

Les principales archives des 20ème et 21ème siècles sont constituées de documents audiovisuels, films, émissions télévisées et enregistrements radio.

Cette évidence a amené l’UNESCO a réfléchir, dés 2007, à la création d’une Journée Mondiale consacrée à ce phénomène.

La date retenue, le 27 octobre, est hautement symbolique, puisque c’est le 27 octobre 1980 que la conférence générale de l’UNESCO adoptait une recommandation portant sur la sauvegarde et la conservation des images en mouvement, marquant ainsi l’importance culturelle et historique des archives cinématographiques et télévisuelles.

Fragilité
A l’ère du tout numérique, la conscience de la fragilité de notre patrimoine enregistré est encore trop faible et les spécialistes estiment que nous ne disposons pas de plus de 10 ou 15 ans pour assurer la pérennité de ces archives sonores et visuelles.

La mémoire du monde
Les objectifs de l’Unesco sont ambitieux puisqu’ils visent à constituer la mémoire du monde. Un enjeu de civilisation !

Laïka Mezil

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *