« Fini le temps des turbulences », anonnce le nouveau Ministre de la Défense

« Fini le temps des turbulences », anonnce le nouveau Ministre de la Défense

Le nouveau ministre de la Défense, Jean Walnard Dorneval, a annoncé, ce jeudi, que les turbulences et les malentendus prendront fin. Il a tenu ses propos lors de son installation présidée par le Premier ministre Joseph Jouthe, dans les loacaux dudit ministère, au Champ-de-Mars. Les membres du Haut état-major des Forces armées d’Haïti (FAD’H), le Général retraité, Hérard Abraham, des cadres et employés de l’institution ont pris part à la cérémonie.

Le ministre sortant, Enold Joseph, au cour de son dernier discours, s’est dit satisfait de ses réalisations durant les 17 mois passés aux commandes du ministère de la Défense. Il s’est offert un satisfecit pour avoir pu nommer des contractuels dont certains travaillaient depuis plusieurs années, malgré le faible niveau du budget alloué à l’institution.

D’un autre côté, l’ancien conseiller du président de la République a adressé ses mots de félicitations aux soldats et officiers de l’armée pour avoir gardé leur sang-froid lors des événements du dimanche 23 février 2020. Selon M. Joseph, le bon comportement de ces hommes des FAD’H a évité au pays un bain de sang. Le Dr. Enold Joseph a demandé à son remplaçant de faire grandir l’armée.

Le Premier ministre, Joseph Jouthe, de son côté, a salué les travaux du ministre sortant, qu’il qualifie de tâche exemplaire. Le Chef du gouverment a invité le nouveau ministre à travailler pour la protection du territoire, contre la contrebande, le crime organisé, entre autres.

Le Chef de la primature a, par ailleurs, rappelé au nouveau ministre de la Défense que le rétablissement de la sécurité constitue la priorité de son gouvernement. Joseph Jouthe s’est montré ferme et prêt à mener la lutte contre l’insécurité. « Qui veut la paix prépare la guerre », a souligné M. Jouthe.

Barbancourt

le rhum des connaisseurs

Le nouveau titulaire du ministère de la Défense, Jean Walnard Dorneval, a, d’entrée de jeu, remercié le PM et exprimé sa gratittude envers le président de la République, Jovenel Moïse, qui l’a choisi pour diriger ce ministère. L’ancien conseiller du locataire du Palais national croit que le pays fait face à de grandes menaces, l’armée est donc nécessaire pour les combattre.

Le ministre Dorneval a également annoncé que les FAD’H recruteront d’autres jeunes et cadres dans les prochains jours. Ces derniers auront la possibilité d’offrir leur service à l’institution et contribuer à son élargissement.

Notons qu’à la fin de la cérémonie, le ministre sortant, Enold Joseph, a reçu une plaque d’honneur au nom des employés, soldats et officiers des FAD’H, pour les travaux accomplis à la tête de l’institution.

1 comment

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *

1 Comment

  • Antoine Langomier
    6 mars 2020, 00:26

    Le 7 février 1996, lors de la passation de pouvoir entre les frères siamois Aristide/Préval, dans son discours le nouveau président disait haut et fort, "nous allons restaurer l’Autorité de l’État." Vingt-quatre ans plus tard, L’ÉTAT continue de battre LOKOBE au détriment de la Majorité des Haitiens. Bresil, Chili…, Argentine ranplaze ZAFRA. Le nouveau ministre de la Défense, Jean Walnard Dorneval a affirmé, "fini le temps des turbulences." Il a oublié, c’est à l’oeuvre qu’on reconnait le vrai maçon, mais ce n’est pas dans ses dires.

    Pour le moment, je suis en face des mots de la même famille, restaurer l’autorité de l’État (Pawòl Tafia, mwen sonje Mireille Durocher Bertin, Antoine Leroy… et Jean Leopold Dominique), Je veux je peux (kk rat dèyè bwat, li reyisi san pèp la), constitution, c’est la source d’instabilité (au nom du contrat BLACKOUT de 12 millions de dollars américains/mois), point barre (Prizonye oligachi, peyi lòk fè yon reveye l), qui veut la paix prépare la guerre (Verbiage) et fini le temps des turbulences (plus de 76 gangs, Défi). En attendant le pays est toujours dans le chemin scabreux. Ne me dit pas sous-entend, "Shithole." L’ÂGE de la descente en ENFER, 34 ans. ACTA NON VERBA.

    l’Observatoire

    REPLY