X

X


George Sand, Ernest Hemingway, Maria Callas… nos archives de la semaine sur Instagram

George Sand, Ernest Hemingway, Maria Callas… nos archives de la semaine sur Instagram
George Sand, Ernest Hemingway, Maria Callas… nos archives de la semaine sur Instagram Ernest Hemingway, mort le 2 juillet 1961, est l’un des invités de notre rétrospective hebdomadaire. wikimeda commons

LES ARCHIVES DU FIGARO – Des écrivains engagés, une diva inoubliable… notre sélection hebdomadaire picore dans les archives. Une fameuse première dame y fait même son apparition.

Honneur aux dames. Le 1er juillet nous célébrions la naissance de George Sand. La «bonne dame de Nohant», auteur prolixe, était aussi une journaliste, une féministe engagée pour le progrès social. Elle est l’égérie de la Révolution de 1848. Elle fonde l’éphémère journal La Cause du peuple et participe aux Bulletins de la République . La violence des journées de juin la pousse à prendre du recul et à se retirer dans son cher Berry.

» LIRE AUSSI – George Sand intime racontée par Le Figaro en 1870

Lui aussi coiffe la double casquette de journaliste et d’écrivain. Correspondant à Paris, homme de terrain au plus près des troupes républicaines en Espagne, Ernest Hemingway est aussi prix Nobel de littérature en 1954. La même année paraît Le Vieil homme et la mer, livre dans lequel on retrouve selon Le Figaro de l’époque «une puissance intacte». «L’histoire du Vieil Homme et la Mer contient, ramenée à ses éléments essentiels, la morale de tout l’effort humain» relève le romancier et critique Jean Blanzat. Malade cependant, Hemingway se suicidera le 2 juillet 1961.

» LIRE AUSSI – Le Vieil Homme et la Mer: en 1954, Ernest Hemingway vu par Jean Blanzat

C’est la maladie de son mari qu’elle devra affronter avec courage. Claude Pompidou, première dame moderne, qui fait entrer l’art et le design à l’Élysée, subira sous les ors du palais présidentiel la douloureuse et secrète agonie de son époux, Georges Pompidou. Veuve du président pendant plus de trente ans, elle décède le 3 juille t 2007.

» LIRE AUSSI – Les années Pompidou: était-ce le bon temps?

» LIRE AUSSI – Alain Pompidou, au nom de la mère

Comme une petite mort pour une diva? Maria Callas, à la voix fragilisée, fait ses adieux à l’opéra le 5 juillet 1965. Elle continuera pourtant de se produire en récitals. Quelques semaines avant, elle confiait au Figaro:

«Quels projets puis-je avoir? Celui de vivre encore un peu, si Dieu le veut. De chanter, ne vous déplaise. Chanter quoi? Si je le savais moi-même! J’attends que vous me l’appreniez… Soyez raisonnable une minute: on ne peut bien chanter que si on a envie de chanter. Et comment voulez-vous qu’aujourd’hui lundi, en cette fin du mois de mai 1965, je sache si j’aurai envie de chanter et ce que j’aurai envie de chanter au mois de juin de l’an prochain?»

» LIRE AUSSI – Maria Callas: «Les légendes ont la vie dure, elles me survivront»

L’histoire vous enchante? Rejoignez-nous sur @figaroarchives

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *

Cancel reply