X

X


Global Union 1803-Célébration: Pour l’unité de la diaspora !

Global Union 1803-Célébration: Pour l’unité de la diaspora !

Siégée, à Orlando, en Floride Global Union 1803 a organisé, le samedi 27 avril 2019, au club Café kreyòl de la ville, une grande soirée de Gala pour célébrer la journée internationale de la Diaspora.

Durant cette soirée, les grandes priorités de l’Association qui sont : rassembler les Haïtiens vivant à Orlando, réunir des différentes communautés haïtiennes vivant tant aux États-Unis que dans les autres pays du monde et la construction d’un projet haïtien, ont été dévoilés.

Carlo Laguerre, co-CEO de Global, dans ses propos de bienvenue, a mis l’accent sur la question d’intégration de la diaspora. Monsieur Laguerre a expliqué que seule l’unité pouvait aider à atteindre ce but.

 

Anderson Dorvilas, président de Global Union 1803, à Orlando, a, pour sa part, salué le travail combien important réalisé par certaines personnalités, notamment le pasteur Presney F. Ferdinand l’autre co-CEO de l’Association. Son investissement dans la communauté est inestimable selon les propos de Monsieur Dorvilas.

Au cours de cette cérémonie de nombreuses distinctions ont été remises à des personnalités soit pour leur implication pour une meilleure participation et représentation de la diaspora ou pour leurs actions positives à la reconstruction et à l’amélioration de l’image d’Haïti à l’étranger. Il s’agit de Joe Lopez (retired Florida Highway Patrol chief), Pasteur Presney F. Ferdinand, Co-CEO de Global, Anderson Dorvilas, Président de Global Union 1803, le Consul général d’Orlando, Pierre Max Charles, Dr Karen Green, l’homme d’affaires bien connu, Willie D. Singh et Me Lionel Edouard.

Au cours de cette soirée, des Guest Peakers (conférenciers invités) venus de plusieurs régions, également d’Haïti ont abordé plusieurs thématiques dont : « Comment créer un environnement favorable au retour et à la réintégration de la diaspora. »

Le Journaliste et Juriste Lionel Edouard a proposé une nouvelle approche dans la manière de cerner cette problématique. Monsieur Edouard croit qu’il faut plutôt parler de participation de la diaspora afin qu’elle puisse jouer son rôle tant sur le plan politique, économique et social.

Pour Me Edouard, il faut identifier le véritable problème qui empêche les Haïtiens de l’extérieur de jouer leur rôle. Il s’agit, explique-t-il de l’action des élites rétrogrades du pays, qui, voulant conserver leur monopole politique et économique, se dressent contre cette participation, car elles considèrent la diaspora qui échappe à leur contrôle, plus comme une concurrente.

Global Union 1803

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *

Cancel reply