Guerby Blaise dans « l’impossibilité » de répondre à la convocation de la DCPJ

Guerby Blaise dans « l’impossibilité » de répondre à la convocation de la DCPJ

Me Guerby Blaise a adressé une lettre au Directeur Central de la Police Judiciaire, Fréderic Leconte, pour lui faire part de son impossibilité de répondre à la convocation de la DCPJ prévue pour ce mardi 8 septembre, dans le cadre d’une enquête en cours.

Ignorant si cette convocation concerne la plainte qu’il a déposée le 2 septembre 2020 à la DCPJ suite aux sérieuses menaces de mort dont il dit être l’objet, Me Blaise a fait savoir qu’il a été contraint par sa famille de quitter Haïti la semaine dernière.

Barbancourt

le rhum des connaisseurs

Par conséquent, il lui est impossible de répondre à ladite convocation afin de répondre aux questions de la DCPJ sur cette enquête en cours.

En revanche, sans avoir la prétention de faire intrusion dans le déroulement de cette enquête policière, Me Guerby Blaise se dit “prêt à collaborer avec les autorités à travers les entraides judiciaires internationales depuis Paris en vue de contribuer à l’efficacité et à l’aboutissement de cette enquête ».

Rappelons que le Commissaire du Gouvernement près le Tribunal de Première Instance de Port-au- Prince, Ducarmel Gabriel, a demandé au Bâtonnier de l’Ordre des avocats de la Croix-des-Bouquets, Me. Jean Auguste BRUTUS, de mettre Me. Guerby BLAISE à la disposition de la Direction Centrale de la Police Judiciaire(DCPJ), le vendredi que 11 septembre 2020, aux environs de dix (10) heures du matin, pour une audition sur le même dossier.

1 comment

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *

1 Comment

  • Antoine Langomier
    9 septembre 2020, 10:51

    Patipri ak Mounpanis mwen se HAITI🚷🚷🚷

    Les pneus du Systeme tuent et blessent. Il n’a pas le choix, en evoquant les Excuses, "il a ete contraint par sa famille de laisser Haiti." Les compatriotes MIREILLE Durocher Bertin, Jacques Roche, Jean Leopold Dominique…, Brignol Lindor…., Marie Christine Jeune et Monferrier DORVAL, n’avaient pas cette chance.

    Je suis contre les compagnies de Blackout qui sucent l’Etat avec la complicite’ de ceux qui ont des pays de rechange. Mais, dans un ETAT de DROIT, les compagnies de Blackout ont le Droit d’avoir un avocat pour les defendre. Et l’avocat ne doit pas se sentir menacer dans sa vie le fait de prendre la Defense d’un presume’ Malfaiteur et Pilleur du nom de Dimitri Vorbe.

    Le metier d’avocat n’est pas contre ceux qui ont choisi de defendre l’accuse’. Il etait une fois, un certain JB Aristide, il pourrait faire la distinction entre les avocats de "bonne cause" et de "mauvaise cause." Depi avan COVID-19, JB Aristide te gen tan nan KALABOUS pour Radiyes Pemet, "kapitalis se peche motel," CharlemagnePeraltement.

    Alon bel bagay, le yon neg pa janm manje nan asyet Avadra. Ou Lib pou di Verite a, sans tremper la bouche dans du miel. Ayibobo!🥁

    REPLY