Haïti : 60 millions de dollars accordé par l’IDA pour renforcer la connectivité numérique

Haïti : 60 millions de dollars accordé par l’IDA pour renforcer la connectivité numérique

Dans un communiqué de presse, la Banque Mondiale a annoncé avoir approuvé, ce vendredi 9 octobre 2020, le « Projet d’accélération numérique » de l’Association Internationale de Développement (IDA). D’après les informations révélées, 60 millions de dollars seront disponibles pour le financement de ce projet visant à augmenter l’accès au service numérique à haut débit dans le pays.

La Banque Mondiale veut supporter la connectivité numérique dans le pays. Aussi, encourage-t-elle des projets en ce sens. D’après Anabela Abreu, directrice pays de la Banque Mondiale pour Haïti. « La Banque Mondiale appuie Haïti dans ses efforts pour accroître l’accès aux services numériques à des prix abordables, tout en développant les compétences nécessaires à la maîtrise du numérique ». Cette dernière dit croire qu’ « une connectivité à haut débit plus accessible peut contribuer à stimuler l’innovation et de nouvelles industries créatrices d’emplois ».

Barbancourt

le rhum des connaisseurs

Tout en exposant les contraintes liées au manque d’accès à une connexion internet abordable et fiable, la Banque Mondiale a souligné les conséquences sur le système sanitaire, le climat et l’économie.

Rappelant que seulement 35% de la population dispose d’un accès à internet à haut débit, le Projet d’accélération numérique propose de fournir une assistance technique afin d’aider au développement de stratégies et d’outils reglemenatires ; aider les bénéficiaires et les entreprises à mieux se préparer pour les emplois et l’économie du futur en développant leurs compétences numériques ; offrir également des équipements, un accès haut débit et des logiciels pour l’administration publique en vue d’améliorer l’efficacité de ses services et moderniser le gouvernement haïtien.

Notons que le public cible, à savoir les principaux bénéficiaires de ce projet seront les femmes, le filles, les jeunes en situation précaire et les populations rurales.

Laïka Mezil

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *