Haïti-Coronavirus : Comment vivent les personnes handicapées ?

Haïti-Coronavirus : Comment vivent les personnes handicapées ?

La Covid-19 continue de se répandre, et depuis son apparition, en mars dernier, plusieurs mesures directives ont été adoptées par l’État central dans le but de combattre sa propagation dans le pays. Ces directives ont mené à une baisse des activités économiques, question de limiter le rassemblement dans les espaces publics, la fermeture des écoles et églises, la réduction des employés dans les boîtes privées et publiques, la suspension des vols, entre autres. Toutefois, qu’en est-il de cette minorité qui, selon l’Organisation Mondiale de la Santé, est parmi les plus vulnérables ? L’on parle des personnes handicapées.

Orthopaedic worshop, Fymee trying to walk with her femoral prosthesis helped by Patrick, see testimony attached / Centre d’appareillage, Fymée essayant de marcher avec sa prothèse fémorale temporaire, voir témoignage joint

En effet, quelles sont les actions qui ont été posées par les autorités étatiques pour accompagner et soutenir les personnes à mobilité réduite ? Comment font-elles face au brusque changements apportés par le Coronavirus dans le quotidien des habitants? Dans une interview exclusivement accordée à Haïti 24, en date du 21 juin 2020, la Secrétaire d’État à l’intégration des personnes handicapées, Soinette Désir, a expliqué la situation actuelle dans laquelle vivent les personnes handicapées depuis la prise de ces nouvelles mesures qui font obstacle au soutien que ces personnes nécessitent.

Haïti 24 : Qu’en est-il de la situation des personnes handicapées depuis l’apparition de la Covid-19 ?

Soinette Désir : Clairement, cette situation a renforcé la vulnérabilité des personnes handicapées qui comptent beaucoup sur le soutien de parents, amis, ainsi que des associations. Malheureusement, avec l’arrivée du Coronavirus, les activités des associations ont ralenti. Cela devient encore plus difficile de survivre, compte tenu du fait que les droits des personnes à mobilité réduite sont constamment bafoués, avec notamment le manque d’infrastructures adéquates. De plus, les discriminations et l’exclusion persistent encore en ces temps de crise sanitaire. Les femmes handicapées sont exposées au viol et aux agressions sexuelles.

Haïti 24 : Quelles sont les dispositions prises par l’État haïtien pour accompagner les personnes handicapées et les aider à se protéger contre le Coronavirus ?

Soinette Désir : Il n’y a pas de mesures particulières prises par les autorités pour accompagner les personnes handicapées en ces temps de crise sanitaire. Toutefois, au BSEIPH, nous avons contacté, au lendemain de l’état d’urgence déclaré dans le pays, les représentants des différentes associations pour les sensibiliser sur les dangers que représente le Coronavirus. Nous les avons invités à partager des messages avec les membres respectifs de leurs associations. Cependant, il y a des incrédules qui ne croient pas en l’existence du virus dans le pays. Aussi, nous avons réalisé des points de presse, des spots de sensibilisation, des interventions dans les médias et l’utilisation des réseaux sociaux pour tenir informer les 6 coordinations départementales du bureau. Nos messages étaient un peu différents, car il nous faut les adapter aux handicaps de chacun comme les personnes sourdes, les personnes qui ne peuvent utiliser leurs coudes pour éternuer, entre autres. À cela, nous mettons à la disposition des représentants des associations luttant pour le respect des droits des personnes handicapées des masques qu’ils distribueront. Un total de 52 000 masques est disponible pour les personnes handicapées des 10 départements du pays. La Grand’Anse, le Sud et l’Ouest ont déjà commencé à recevoir des masques. Et actuellement, avec l’Unité de formation et de sensibilisation, nous comptons organiser des formations à distance pour les membres des associations. Qu’ils sachent comment se protéger de la maladie.

Haïti 24 : Beaucoup de personnes à mobilité faisaient déjà face au manque d’infrastructures adéquates, aux discriminations gratuites et particulièrement à une situation financière des plus instables, avec le recul des activités économiques, comment vivent ces personnes ?

Soinette Désir : Sur le plan économique, beaucoup de personnes handicapées vivent des moments difficiles. Bon nombre dépendent de leurs familles et avec le ralentissement des activités économiques, ils peinent à tenir le coup. Il y a ceux et celles qui vivaient de leurs activités informelles, vu les risques encourus lors des sorties, ils restent dans leur demeure. Cela montre à quel point la Covid-19 constitue un réel obstacle. Néanmoins, nous faisons de notre mieux pour les soutenir. Avec les responsables de Fonds d’assistance économique et sociale (FAES), le Bureau du Secrétaire d’État à l’Intégration des Personnes Handicapées (BSEIPH) a distribué des kits alimentaires au Village de l’Espoir, au Village Lumane Casimir, entre autres, où séjournent des personnes à mobilité réduite.

Haïti 24 : Avez-vous déjà enregistré des cas de personnes handicapées infectées par la maladie ?

Soinette Désir : À cela, nous ne pouvons révéler des informations exactes étant donné que le Ministère de la Santé publique et de la Population (MSPP) n’a fourni aucun détail sur les patients infectés au Bureau du Secrétaire d’État à l’Intégration des Personnes Handicapées (BSEIPH). Les autorités sanitaires sont les seules à connaître l’identité exacte des personnes testées à la Covid-19. Toutefois, nous connaissons un cas de contamination lié à une personne handicapée. Cette dernière nous a contacté de son lieu d’hospitalisation, l’hôpital de Mirebalais. Actuellement, son état est stable. Mais, aucune autre donnée nous a été révélée par les autorités sanitaires.

1 comment

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *

1 Comment

  • Wily Perdre
    25 juin 2020, 10:05

    Bonjour

    Il y a grand temps que notre chère Haïti traverse des multiples de problèmes et n’ont jamais resolu même à la plus fable mesure. Pourtant , que l’on change de gouvernement à chaque seconde pour ne pas dire chaque année.
    Dans les pays développés, le gouvernement met des structures en place pour aider toutes de personnes c ‘est à dire même ceux qui perdent leurs emplois. Pour ces gouvernements sans emploi est aussi une d’handicap pour le fonctionnement des gens. En effet, les fonds que l’etat haïtien gaspille de leur propre grés , s’enrichît leur famille … tout ceci doit s’arrêter.
    Mes propositions: nous ne devons plus avoir ces présidents, sénateurs,députés, ministres qui dirigent, qui maltraitent Haïti depuis plus que 30 ans. L’argent du pays , l’aide venant des pays étrangers doivent être aux besoins du besoins du pays. De Nouvelles structures bien spéciales pour les personnes telles que : logement, éducation, santé, loisir , comme en serait pareille pour les gens du pays.

    REPLY