Haïti-Crise: Jovenel Moïse crée un comité facilitateur du dialogue

Haïti-Crise: Jovenel Moïse crée un comité facilitateur du dialogue

Décrié par plusieurs secteurs de la vie nationale, le president de la République n’a pas pu lancer le dialogue inter- haïtien, le 7 février dernier comme souhaité. 15 jours après, Jovenel Moïse a créé, par arrêté présidentiel, un Comité de facilitation du dialogue national interhaïtien.

La liste des 7 membres faisant partie de cette structure a été publiée dans le journal officiel Le Moniteur en date du jeudi 21 février.

Il s’agit de:
1) La citoyenne Marie Carmel Mentor, Membre ;
2) La citoyenne Kettly Julien, Membre ;
3) Le citoyen Carlo Joseph, Membre ;
4) La citoyenne Dorothie Sénatus, Membre ;
5) Le citoyen Charles Suffrard, Membre ;
6) La citoyenne Marie Michelle Sylvie Rameau, Membre ;
7) Le citoyen Rudolf Dérose, Membre.

L’ article 2 de l’arrêté créant ce comité de facilitation du dialogue national interhaïtien défini bien sa mission.

Barbancourt

le rhum des connaisseurs

Il a pour charge de:

1) Définir le cadre méthodologique approprié devant faciliter le déroulement des discussions ;
2) Recommander toutes mesures favorisant la création de conditions favorables à la réalisation
du dialogue national interhaïtien;
3) Mettre en œuvre toute stratégie garantissant la réalisation d’un dialogue national interhaïtien
franc et sincère, soucieux des intérêts supérieurs de la nation, dans un esprit de concorde et de
paix, en vue de trouver des solutions durables aux problèmes majeurs qui freinent le
développement économique du pays depuis plusieurs décennies ;
4) Obtenir la participation active des personnalités politiques, économiques et sociales du pays,
ainsi que celle des structures politiques et des organisations de la société civile ;
5) Collaborer avec les partenaires internationaux intéressés au dialogue national interhaïtien ;

6) Faire la synthèse des différentes propositions de résolution pacifique des conflits politiques,
économiques et sociaux qui rongent périodiquement notre société.

Notons que ce comité une fois en fonction aura 90 jours, soit 3 mois, pour mener ce dialogue prôné par certains comme la voie salutaire pour trouver une solution aux maux qui rongent le pays.

Chaque semaine, les membres du Comité devra informer la Nation de
l’état d’avancement du dialogue.
À la fin de son mandat, le Comité de facilitation du dialogue national interhaïtien soumetra son
rapport au Président de la République pour être publié.

1 comment

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *

1 Comment

  • Feliere saint louis
    22 février 2019, 09:19

    Commentaire *

    REPLY