Haïti-Economie : La BRH entend stabiliser le taux de change

Haïti-Economie : La BRH entend stabiliser le taux de change

Le Gouverneur de la Banque de la République d’Haïti (BRH), Jean Baden Dubois, veut stabiliser le taux de change. C’est au cours du lancement des Fonds de soutien aux coopératives que le numéro un de la Banque des banques a assuré que l’institution qu’il dirige a les moyens pour « protéger à tout prix ceux qui reçoivent les transferts et d’empêcher à certains acteurs de “commettre des abus à l’encontre des bénéficiaires”.

Alors que les maisons de transferts contestent les mesures prises par la BRH à travers la circulaire 114-2, le gouverneur de la banque centrale veut se servir des modalités de ce document pour stabiliser le taux de change. D’après les déclarations de Jean Baden Dubois, “nous ne pouvons pas continuer à favoriser un petit groupe sur la majorité qui représente environ 1.5 millions de personnes qui reçoivent des transferts. Les sous-agents doivent comprendre que nous devons favoriser le bien commun sur des avantages individuels”. Pour le numéro un de la BRH, gagner 20 parfois 30 gourdes sur un dollar, surtout dans les zones reculées n’est plus tolérable. C’est pourquoi, Jean Baden Dubois entend se servir de la circulaire qui entrera en vigueur le 1er octobre 2020 pour faire appliquer les mesures prises. « Les transferts d’argent sans contrepartie seront payés en gourde au taux du jour. La personne qui souhaite être payée en dollar, pourra le faire à partir de son compte en dollar », a-t-il expliqué.

Barbancourt

le rhum des connaisseurs

Aussi, il a assuré que les sous-agents continueront de gagner de l’argent, 30% de chaque transfert qu’il pourra vendre sur le marché de change.

1 comment

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *

1 Comment

  • Wilner Romulus
    25 septembre 2020, 20:05

    La première chose à contrôler, ce sont les transactions faites en dollars. Deux monnaies ne peuvent pas être en circulation dans un pays. Cela va provoquer un rapport de force. Le plus gros avalera le plus petit. On achète en dollars, on loue en dollars, on afferme en dollars. Le pays est dollarisé. C’est intolérable et inacceptable. Tout le monde fixe et ce, en la devise qu’il désire.

    REPLY