Haïti-PetroCaribe:  »le Rapport-Beauplan est le plus grand mensonge du siècle », dixit Laurent Lamothe

Haïti-PetroCaribe:  »le Rapport-Beauplan est le plus grand mensonge du siècle », dixit Laurent Lamothe

Petion-Ville le 28 novembre 2017 [Haiti24] : Le rapport de la commission chargée d’approfondir l’enquête sur l’utilisation des fonds Petrocaribe comporte les plus grands mensonges du siècle, selon les analyses de l’ancien Premier ministre, Laurent Lamothe.

Epinglé dans ce rapport que plus d’un juge partisan, l’ex-locataire de la Primature a mis les points sur les  »i » lors d’un point de presse ce mardi 28 novembre 2017 durant laquelle il a dénoncé, preuve à l’appui, les irrégularités qui émaillent le document sénatorial.

L’homme politique informe avoir décelé pour le moins 40  »gros » mensonges dans volumineux texte de plus de 600 pages.

Il a présenté environ 5 et rétabli la lumière sur les 4 points qui lui sont reprochés.

Barbancourt

le rhum des connaisseurs

Invention, intoxication, fabrication d’informations sont entre autres termes utilisés par l’ancien premier ministre Laurent Lamothe pour qualifier le rapport de la commission Beauplan.

L’ancien ministre de la Planification et de la Coopération Externe a présenté aussi le rapport comme un coup monté avec 0% de preuve et 100% de propagande, fabrications, mensonges et approximations.

Laurent Lamothe croit que le rapport qui est fabriqué dans le laboratoire des ‘’Lavalassiens‘’ vise à la mise à l’écart de certaines personnes de la politique en Haïti.

Ainsi, il a dénoncé ce qu’il appelle un complot permanent.

Dans la perspective de prouver ce qu’il avance, l’ex Premier ministre amis publiquement en exergue les failles relevées dans le rapport.

Avant toute chose l’ancien titulaire du MPCE a souligné que la commission comme elle l’avait promis n’avait pas consulté les concernés avant la publication du document.

 

En quatre points, Laurent Lamothe a apporté un démenti formel sur l’ensemble des faits qui lui sont reprochés.

La route de Ceca-Cavajal , la réhabilitation de la route Lafito, le marché de Fontamara, et l’affaire des 2% d’acomptes prévisionnels.

Selon le rapport il y a surfacturation dans la construction de route ‘’Lafito ‘’ << Le coût d’un km de route figurant dans ce contrat est estimé à 1,484,454 tandis que pour le même mois le coût d’un km d’une autre firme évoluant dans le même secteur pour la route Petite Rivière-Petit Trou dont les spécificités des travaux sont similaires, est estimé à 9995,153. D’où un écart positif de US 489,301 par Km>>

À ce propos, Laurent Lamothe a rétorqué: » c’est une information diffamatoire basée sur une intervention malveillante ».

Il a poursuivi :  »on ne peut pas utiliser une route inachevée comme référence,tout wout se wout ,men tout wout pa menm. Petit Trou de Nippes et Lafito sont deux zones différentes avec des spécificités différentes ».

L’ex titulaire du MPCE a mis sur le tapis un deuxième point: le Marché de Fontamara.

Le rapport révèle , lit- il, que la firme IBT a encaissé 51 % du contrat alors que le degré d’achèvement des travaux ne dépasse pas 30% par conséquent, précise le document, le montant décaissé pour la construction de ce marché est largement supérieur.

Face à cette accusation qualifiée de mensongère, avant d’apporter son éclairci, monsieur Lamothe a souligné que son gouvernement a dû relocaliser les personnes logeant dans des abris provisoires occupant cet espace. Puis, Laurent Lamothe a justifié qu’en Décembre 2014 ,25 % de décaissement pour 30 d’avancement.

Tous les ordonnateurs des fonds Petrocaribe, de Septembre 2008 à Septembre 2016,sont ciblés par cette accusation faisant croire que les 2% d’acomptes prévisionnels n’ont pas été prélevés lors du paiement des contrats.

Monsieur Lamorthe qui qui assimile cette accusation à une ignorance des rédacteurs en matière de procédure de décaissement affirme que les 2% ont été retenus à la source autrement dit lors du procédure de décaissement.

Face à l’ensemble de ce constat, monsieur Lamothe juge que le rapport est purement politique et a été inventé pour :  » trennen moun nan labou’’.

Par conséquent, il pense que l’enquête devrait être menée par un service compétent.

Selon Laurent Lamothe, ce rapport cible l’ancien président Michel Martelly; 13 ministres sur 14 épinglés dans le rapport faisaient partie de cette administration.

Les gens de l’entourage du président Jovenel Moïse ne sont pas épargnés, estime t-il.

Il s’agit d’Yves Germain Joseph ,Wilson Laleau, Max Roodolph Saint-Albin, tous membres de la nouvelle équipe gouvernementale.

 »Ce rapport est honteux et scandaleux, basé sur la diffamation, fabrication des faits, a martelé Laurent Lamothe.

Si les membres de la Commission ont dit que le rapport est  »le rapport du siècle », l’ancien ministre modifie en disant que le rapport comporte les plus grands mensonges du siècle.

Soulignons que le leader politique informe avoir été auditionné par la Cour Supérieure des Comptes et du Contentieux Administratif durant 2 ans.

Cette institution n’a souligné aucune malversation, ni détournement de Fond enregistrés sous son gouvernement, a clamé L’ex titulaire du MPCE et la Primature.

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *