Haïti-Politique : 13 janvier 2020, veut ou pas ces parlementaires partiront !

Haïti-Politique : 13 janvier 2020, veut ou pas ces parlementaires partiront !

Depuis plusieurs semaines, la date du 13 janvier 2020 est attendue en Haïti comme la venue du Messie. La Chambre des députés sera caduque parce que les mandats de la totalité des Députés s’achèveront et le Sénat sera dysfonctionnel parce que les mandats de 2/3 des Sénateurs toucheront aussi à leur fin. Pourtant, semble-t-il que certains Sénateurs, comme Youri Latortue, comptent siéger au Parlement sans aucun mandat ! 

 

À partir de ce deuxième lundi du mois de janvier 2020 (13 janvier), le pays va connaître à nouveau un vide institutionnel au niveau du Parlement. Une conséquence de la non-tenue des élections législatives qui auraient dû être organisées au mois d’octobre dernier.

 

Mais malheureusement, il faut aussi considérer que l’année 2019 qui aurait dû être une période électorale a été plutôt transformée en un véritable enfer pour la population haïtienne à cause des diverses manifestations violentes organisées par les membres de l’opposition (André Michel, Moïse Jean Charles…) y compris certains Sénateurs (Youri Latortue, Nenel Cassy, Evalière Beauplan, Antonio Cheramy, dit Don Kato…), sans oublier la fameuse et dérouteuse implication de certains vétérans du Secteur privé (Réginald Boulos, Dimitri Vorbe…).

 

Et nous voici aujourd’hui, en toute état de cause, face à la caducité de la Chambre des députés et d’autre part, le Sénat devient dysfonctionnel car au regard de la Constitution haïtienne, l’Assemblée des sages siège en permanence. En aucun cas, il ne peut être caduc (théoriquement).

Barbancourt

le rhum des connaisseurs

Sans compter, cette situation va aussi affecter d’autres institutions et entités dépendant du fonctionnement bicaméraliste du Parlement.

D’où, le rôle de contrôle que joue le Législatif face à l’Exécutif est déchu et le Président Jovenel Moïse va diriger par décret…

 

Maintenant, on se demande face à cette situation, peut-on dire que c’est une victoire ou une défaite pour le peuple haïtien ? Les réponses aux questions profondes et fondamentales en Haïti tardent toujours à venir…

Mais ce qui est le plus dérangeant, c’est qu’en dépit de tous ces problèmes réels auxquels le pays est confronté aujourd’hui, sans aucune gêne, certains Sénateurs de l’opposition, brandissant des argumentaires truffés de sophismes et de paralogismes, essaient de faire croire qu’ils ne laisseront pas le Parlement, même si leur mandat touche à sa fin.

Mensonge : veut ou pas, ces parlementaires insouciants, corrompus et incompétents partiront !

 

De ce fait, afin que nul n’en prétexte ignorer, puisque nul n’est sensé ignorer la loi, voire les parlementaires ; de plus, puisque la loi est une pour tous et que nul n’est au-dessus de la loi, ainsi, aux regards des lois haïtiennes en vigueur, nous rappelons au peuple haïtien et au monde entier qu’à partir de ce 13 janvier 2020, d’une part, les mandats de la totalité des Députés toucheront à leur fin, et d’autre part 2/3 des Sénateurs vont devoir se trouver une autre activité, parmi lesquels :

Antonio Cheramy, Evalière Beauplan, Nenel Cassy, Youri Latortue, Francenet Denis, Hervé Lénine Fourcand, Ricard Pierre, Sorel Jacinthe, Carl Murat Cantave, Nawoon Marcellus, Willot Joseph, Wilfrid Gélin, Jacques Sauveur Jean, Ronald Larêche, Dieudonne Luma Étienne, Onondieu Louis, Jean Marie Salomon, Dieupie Chérubin, Jean Renel Sénatus, plus Guy Philippe condamné au États-Unis et qui n’a pas eu le temps de prêter serment. 

Désormais, les 10 Sénateurs qui siégeront au Parlement sont :

Pierre Paul Patrice Dumond, Joseph Lambert, Denis Cadeau, Pierre François Sildor, Jean Rigaud Bélizaire, Garcia Delva, Kedlaire Augustin, Jean Marie Ralph Féthière, Wanique Pierre, Rony Célestin

De toutes les façons, nous estimons que l’heure est préférable au calme et à la sérénité. Alors nous espérons que ces élus, n’ayant pas répondu à la mission que leur avait confiée le peuple haïtien, doivent vider les lieux pour laisser la place à d’autres pouvant faire mieux.

De plus, à un moment où la vie semble reprendre timidement son cours dans le pays, suite à plusieurs mois de paralysie, il est temps que ces frotteurs troubles laissent fonctionner la première République noire.

 

 

Stevens Grégor Gabriel, dit L’Archange

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *