Haïti-Sécurité: Violences à Grand Ravine, l’OPC appelle au désarmement

Haïti-Sécurité: Violences à Grand Ravine, l’OPC appelle au désarmement
Haïti-Sécurité: Violences à Grand Ravine, l'OPC appelle au désarment

L’Office de la Protection du Citoyen (OPC) se dit consterné face aux événements sanglants survenus le lundi 13 novembre à Grand Ravine, lors d’une opération policière au cours de laquelle deux agents de l’UDMO ont été tués, quatres autres policiers blessés et trois individus armés mortellement touchés, selon un bilan publié par l’OPC dans sa note en date dimanche 19 novembre.

Considérant les informations laissant croire qu’une dizaine de personnes ont été victimes, l’OPC affirme condamner « toutes formes de violences enregistrées dans cette affaire ».

D’autre part, l’Office que dirige Me Renan Hédouville adresse ses sympathies au haut commandement de la police et aux familles des victimes.

Toujours dans la même note, l’OPC dit déplorer que le collège Évangélique Maranatha ait été l’objet d’attaques de gens lourdement armés.

Le protecteur du Citoyen Renan Hédouville qui révèle s’être entretenu avec l’ingénieur Armand Louis, écroué au Pénitencier National, exhorte les autorités judiciares à tout mettre en œuvre afin de rétablir la paix dans cette zone.

L’OPC disposant des prérogatives pour veiller au respect et à la protection des droits des individus incluant les droits économiques, sociaux et culturels, croit qu’il est impératif d’encourager l’Etat à créer des conditions pour garantir le droit à l’alimentation, à l’éducation, à la santé, au logement, entre autres, qui constituent des droits fondamentaux de tous sans distinction y compris les gens vivant dans les quartiers dit défavorisés.

Le non-respect de ses droits est le plus souvent à l’origine de divers conflits, veut croire Me Hédouville.

Enfin, tout en profitant pour recommander à l’éxecutif d’agir avec prudence et célérité dans cette affaire, l’OPC estime opportun d’attirer l’attention des concernés sur la necessité de développer dans tous les quartiers défavorisés des programmes de réinsertion Sociale.

L’instauration d’un mécanisme de dialogue avec les différents acteurs impliqués dans cette crise pourrait favoriser l’émergence d’une culture de la paix et d’un développement durable pour le pays, conclut la note de l’OPC.

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *