Insécurité alimentaire : le FAO tire la sonnette d’alarme

Insécurité alimentaire : le FAO tire la sonnette d’alarme

L’alerte est donnée. L’insécurité alimentaire s’aggrave de jour en jour dans le monde et Haïti n’est pas épargnée. En effet, dans un communiqué de presse, daté du 23 novembre 2020, l’Organisation des Nations Unies pour l’Alimentation et l’Agriculture (FAO) lance un appel d’urgence aux autorités locales. Des actions concrètes et coordonnées doivent être entreprises en urgence pour éviter l’aggravation de l’insécurité alimentaire.

C’est dans le nouveau rapport sur la hausse des taux de faim dans le monde que la FAO s’appuie pour alerter les autorités haïtiennes. En effet, d’après ce rapport, des pays comme Haïti, le Vénézuela de la région de l’Amérique latine et des Caraïbes ne sont pas à l’abri du risque de l’aggravation de l’insécurité alimentaire. 4 millions de personnes, soit 40% de la population haïtienne, vivent en état d’insécurité alimentaire de phase 3 (Crise) et phase 4 (Urgence) du Cadre intégré de classification de la sécurité alimentaire (IPC).

Barbancourt

le rhum des connaisseurs

Si de réelles actions ne sont pas entamées, la FAO prévoit, entre mars et juin 2021, une amplification du nombre de personnes vivant en insécurité alimentaire. « Ce rapport est un appel manifeste à prendre des mesures urgentes […] pour empêcher que le scénario le plus pessimiste ne se produise », a affirmé Dominique Burgeon, Directeur du Bureau des urgences et de la résilience de la FAO.

Tout en renouvelant son engagement à travailler avec le gouvernement haïtien, la FAO suggère que ces personnes atteintes par l’insécurité alimentaire disposent de denrées alimentaires pour améliorer leurs moyens d’existence.

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *