Insécurité : Avalanche de réactions après la demande du ministre Jean Victor Généus d’une assistance technique de l’ONU à la PNH

Insécurité : Avalanche de réactions après la demande du ministre Jean Victor Généus d’une assistance technique de l’ONU à la PNH

Les réactions pleuvent après la demande du gouvernement haïtien au Nations Unies en ce qui a trait à la fourniture d’une assistance technique à la Police Nationale d’Haïti (PNH), en vue du renforcement de la lutte contre l’insécurité.

Pour l’ancien député de Marigot, Déus Déroneth, c’est une demande de la honte et c’est gravissime. L’ex-parlementaire rappelle aux autorités qu’il est de leur responsabilité d’assurer la sécurité sur le territoire.

« Il faut d’abord commencer à mettre de l’ordre chez soi. Et les autres peuvent vous venir en aide si cela leur dit », a déclaré Déus Deroneth dans une entrevue accordé à un rédacteur de Haïti 24.

Barbancourt

le rhum des connaisseurs

Par ailleurs, Déus Deroneth estime que la PNH à elle seule ne peut pas résoudre la crise d’insécurité qui prévaut actuellement en Haïti.

« Il faut d’abord renforcer la justice sociale et œuvrer en faveur de l’apaisement social », a déclaré l’ex parlementaire avant d’ajouter que la lutte contre l’insécurité doit également passer par le renforcement du système judiciaire haïtien.

Le coordonnateur général de la structure politique baptisée Forces Nationales pour Démocratie (FND), Serge Jean Louis, quant à lui, dit ne voir aucun inconvénient à ce que les nations unies accordent une assistance technique à la PNH.

Cependant, Serge Jean Louis appelle les autorités à fournir à l’institution policière des moyens adéquats afin qu’elle puisse mener à bien sa mission.

La sécurité est à son comble depuis quelques temps. Les cas d’enlèvement, d’assassinat augmentent de manière vertigineuse. Face à la remontée du banditisme, la PNH paraît impuissante à un point tel que, dans certains quartiers, la population a tendance à pratiquer la justice expéditive.

Gladimyr GALETTE

Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'un *