Joseph Jouthe tente de sortir de sa passivité en exigeant l’arrestation des membres du « Fantom 509 »

Joseph Jouthe tente de sortir de sa passivité en exigeant l’arrestation des membres du « Fantom 509 »

Quelques heures après la demonstration brutale des individus armés, encagoulés et habillés en policiers se réclamant du groupe premier « Fantom 509 », le Premier ministre, Joseph Jouthe, a exigé, dans la soirée du 20 novembre, l’arrestation des membres de cette milice qu’il qualifie de « terroristes », « vagabonds » et de « bandits ».

Le chef du Conseil Supérieur de la Police Nationale (CSPN) fustige le comportement de cette bande armée qui, dit-il, prend le pays en otage.

Barbancourt

le rhum des connaisseurs

« Aujourd’hui, je lance un appel au calme parce que nous ne devons pas tolérer que des vagabonds, des terroristes, des bandits qui s’habillent en uniforme de police prennent le pays en otage », martèle le chef du gouvernement, arguant qu’il faut mettre les bandits hors d’état de nuire.

Pour le chef du CSPN, les membres du « Fantom 509 » sont loin d’être des policiers car, souligne-t-il, leur comportement montre le contraire.

Rappelons que les membres du groupe « Fantom 509 » ont foulé le macadam, pour la énième fois, vendredi, afin de réclamer 50 mille gourdes comme salaire de base et 25 mille gourdes comme frais mensuel en faveur des policiers. Sur leur passage, ils ont incendié une dizaine de véhicules de l’État et un trailer.

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *