X

X


Joseph Lambert revient à la charge et dénonce les ‘’élus-protecteurs’’ de bandits

Joseph Lambert revient à la charge et dénonce les ‘’élus-protecteurs’’ de bandits

Réputé pour son franc-parler, le président du Sénat de la République ne passe pas par quatre chemins quand il s’agit de dénoncer publiquement les députés qui se font complices des bandits qui terrorisent la population de certains quartiers.

Alors que l’élu de la troisième circonscription de Port-au-Prince, Printemps Bélisaire, nie avoir des relations avec le chef de gang, Anel Joseph, dont il aurait facilité la fuite lors d’une opération policière au Village de Dieu, l’élu du sud-est maintient l’accusation proférée contre ce dernier.

En effet, Joseph Lambert continue de dire haut et fort que ‘’le puissant chef de gang Anel s’était dérobé à la perquisition policière, en novembre dernier, grâce au concours du député qui l’a transporté dans sa voiture…’’.

Selon ‘’l’animal politique’’, des membres du Conseil Supérieur de la Police Nationale détiennent les preuves confirmant cette information. Mais, regrette-t-il, par lâcheté, ils (les membres du CSPN), s’étaient gardés de faire des révélations par devant l’Assemblée des sénateurs, lors de la séance de convocation du 4 novembre dernier.

Très remonté contre les ‘’parlementaires-protecteurs’’ de bandits, Joseph Lambert ne fait pas grand cas de la correspondance que lui ont adressée les quatre députés de l’opposition pour réclamer de sa part des excuses publiques pour avoir cité, à tort, le nom du député Printemps Bélisaire.

Comme pour enfoncer le clou, le deuxième personnage politique le plus important du pays révèle que le député Roger Milien, élu de la première circonscription de Port-au-Prince sous la bannière de Fanmi Lavalas, est le parrain de noces (témoin) du surnommé ‘’Bout Jeanjean’’, alors qu’il prétend n’avoir aucune relation avec ce bandit notoire.

Selon Joseph Lambert, pour échapper au coup de filet des forces de l’ordre, le gang Anel Joseph était passé de la voiture du député Bélisaire à celle du député Milien pour, au final, trouver refuge à Delmas 32 dans une maison qui serait la propriété de l’un de ces deux élus.  

L’élu du sud-est frappe fort et il le sait. Au risque de perdre sa vie, Joseph Lambert se propose de dénoncer les élus-protecteurs de bandits. Son but est d’en finir avec l’insécurité qui fait rage dans le pays.

 

1 comment

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *

Cancel reply

1 Comment

  • Duclosil lesly
    10 décembre 2018, 12:20

    Commentaire *

    REPLY