Jovenel Moïse continue son combat contre la Corruption

Jovenel Moïse continue son combat contre la Corruption

Lor de son intervention, ce mardi 27 octobre 2020, au symposium organisé par la Primature autour du thème :  » Les institutions de contrôle au cœur de la bonne gouvernance et de la lutte contre la corruption  » le président de la République, Jovenel Moïse, a réitéré sa volonté à lutter contre la corruption.

Plusieurs sujets notamment les réformes devant être effectuées au sein de l’EDH (Électricité d’Haïti), la corruption dans les institutions publiques, étaient à l’ordre du jour au cours du déroulement de ce symposium. À l’occasion, le locataire du Palais national a dénoncé les actes de corruption qui empêchent le développement.

Barbancourt

le rhum des connaisseurs

« La corruption est un crime pour le développement », dit-il. Aussi, invite-t-il les directeurs généraux des institutions comme l’Unité de Lutte Contre la Corruption (ULCC), Direction Générale des Impôts (DGI), l’Unité Centrale de Renseignements Financiers, à mener une lutte sans relâche contre les personnes coupables des actes de corruption.

Appelant les différents secteurs de la vie nationale à embrasser ce combat, Jovenel Moïse a présenté dans son discours les conséquences néfastes de la corruption sur l’ensemble du territoire, empêchant le développement au détriment des plus démunis. C’est pourquoi, il dit vouloir renforcer, encore aujourd’hui, les institutions publiques de contrôle.

Se basant sur les actions devant être entreprises par les institutions gendarmes luttant contre la corruption, Jovenel Moïse a encouragé les DG de ces institutions à redoubler d’efforts pour continuer à lutter contre la corruption comme le blanchiment d’argent, la surfacturation, les crimes financiers, le trafic d’influence, les délits pour soutenir la corruption, l’obstruction de la justice.

Laïka Mezil

1 comment

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *

1 Comment

  • Antoine Langomier
    27 octobre 2020, 22:30

    On ne juge pas un homme sur ses paroles, mais par ses actions. Après l’ Échec de "pays lock," si toutefois le président Jovenel Moise n’avait pas les pieds et mains liés bien avant d’accéder au pouvoir, il pourrait devenir peut-être le Patriote tout un pays cherche depuis l’assassinat de l’Empereur Jean Jacques Dessalines. Il tenterait cette fois-ci de chercher quelques patriotes pour mettre à ses côtés en vue d’initier le Vrai Changement. "Peyi lok" reveye JoMo san Ekip, san Plan ak pye mare. Comme d’habitude, JoMo reste dans le coup par coup…

    Dans son Tafia ou pas, il prendrait le soin de nommer des juges patriotes au niveau du pouvoir judiciaire. Il ne pouvait pas déclarer, "on m’a fait nommer 50 juges Corrompus." Maintenant il est à se demander de quoi il parle. Ce qui ne manque pas de faire rire l’opinion publique moribonde et l’ancienne ministre de l’économie et des finances, Marie Carmelle Jean Marie. Le "juge" Ramoncite Accimé laissait le temps au présumé petrodilapidateur Jean Max Bellerive et consorts de prendre la poudre d’escampette.

    Sans l’avènement des Patriotes au pouvoir, les institutions de contrôle citées dans l’article ne pourront pas jouer leurs rôles. Un président de la trempe de René Preval ou Jovenel Moise est condamné à faire le même constat, "la corruption est un crime pour le développement." Rappelons pour les innocents internautes, le "pays lock" avait comme principal objectif de déboulonner Jovenel Moise pour son incapacité de mettre en branle le Procès Petro Caribe (4 administrations) et de sortir des sentiers battus de ses prédécesseurs.

    À cette phase des débats, Jovenel Moise ne peut pas avancer contre le Mur ou de faire les 11 Stations… Il tourne en rond et il tente de conclure un accord à la va vite avec l’opposition en vue de rester au pouvoir jusqu’au 7 février 2022 pour la forme. Match la Rud.

    L’Observatoire des Questions Haïtiennes et Internationales

    REPLY