La carte d’identification nationale unique, un outil indispensable pour la tenue des elections

La carte d’identification nationale unique, un outil indispensable pour la tenue des elections

Alors que des voix se sont élevées et s’élèvent encore pour dénoncer la production des nouvelles cartes d’identification nationale et le départ du président Moïse du pouvoir le 7 février 2021 et l’organisation d’élections générales par un gouvernement de transition, le locataire du Palais national, quant à lui, multiplie les démarches vers la tenue du scrutin en vue du renouvellement du personnel politique.

En effet, dans le 13ème article du décret portant sur le numéro d’identification nationale unique et la carte d’identification nationale unique, publié en date du 16 juin 2020 au journal officiel “Le Moniteur”, le président de la République, Jovenel Moïse, fait injonction à tout Haïtien (ne) majeur (e), de se procurer sa carte d’identification nationale unique (CINU) pour remplir ses devoirs civils et politiques.

L’article stipule :« la carte d’identification nationale unique est exigible de tout (e) Haïtien (ne) majeur pour:
Voter à toute assemblée électorale;
Présenter sa candidature à un poste électif de l’Etat ou d’une collectivité territoriale;
Enregistrer un parti politique ou en demander la reconnaissance;
Enregistrer un groupement ou regroupement de partis politiques;
Solliciter le financement public de la campagne électorale d’un parti, d’un groupement ou regroupement de partis politiques”.

A la lumière de cet article, des observateurs arrivent à en déduire que Jovenel Moïse fonce vers la mise en branle du processus electoral en dépit des diverses contestations, nées de la production de la nouvelle carte d’identification nationale.

Barbancourt

le rhum des connaisseurs

1 comment

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *

1 Comment

  • André Joseph
    18 juin 2020, 11:44

    Avec ce decret à quoi valent mon passeport, ma licence, mon immatricule fiscal, par ce que dans tous les pays un passeport, une licence est consideree comme etant une piece d’identification. Il y a plus que ça dans ce decret, l’article 5 legalise le masi-madi en Ayiti, Voila pourquoi la communaute internationale soutienne cet abruptis de jovenel moise.

    REPLY