La corruption gagne du terrain sous l’administration de Jovenel Moïse

La corruption gagne du terrain sous l’administration de Jovenel Moïse

Alors que le président de la République, Jovenel Moïse, objet de vives critiques et de dérision depuis quelques temps, s’était autoproclamé ‘’champion de la lutte anti-corruption’’, Haïti demeure l’un des pays les plus corrompus de la région, selon Transparency International.

Ce regroupement d’organisations mondiales a publié, mardi, son 24e Indice annuel de Perception de la Corruption pour 2018.

Dans ce document, Haïti occupe la dernière place dans la Caraïbe comme étant le pays le plus corrompu en 2018.

Avec un score de 20 sur 100 en 2018 ; 22 sur 100 en 2017 et 20sur 100 en 2016 et 17 en 2015, la République d’Haïti est classée en 161e sur 180 pays au monde.

Le pays de Jovenel Moïse se place au même niveau de corruption que le Venezuela en Amérique et le Mozambique, le Zimbabwe, le Cambodge, l’Angola en Afrique.

Barbancourt

le rhum des connaisseurs

Le Danemark occupe la  première place de ce classement en devançant la Nouvelle-Zélande.

Ces deux pays sont suivis directement par la Finlande, Singapour, la Suède, la Suisse, la Norvège, les Pays-Bas, le Canada et le Luxembourg.

Dans le top des 20 pays les plus corrompus, Haïti et le Venezuela sont les deux seules nations du continent américain à rejoindre des pays de l’Asie et de l’Afrique. Cette liste comprend également la Syrie, le Soudan du Sud, le Yémen, la Corée du Nord, le Soudan, la Guinée Bissau, la Guinée équatoriale, l’Afghanistan et la Libye.

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *