Laurent Lamothe : Les pays du Sud doivent prioriser des partenariats entre eux et la technologie pour relever les défis communs

Laurent Lamothe : Les pays du Sud doivent prioriser des partenariats entre eux et la technologie pour relever les défis communs

Les pays du Sud sont en passe de former un moteur majeur de la croissance économique mondiale et représentent un élément important de la coopération internationale pour le développement durable de la région. La coopération Sud-Sud est également une expression de solidarité qui favorise le partage des connaissances et la coopération dans les deux sens, sur la base du principe d’égalité et d’une véritable volonté de développement mutuel.

Le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, a déclaré : « Animée par un esprit de solidarité, le respect de la souveraineté nationale et un partenariat égal, la coopération Sud-Sud a offert des solutions concrètes à des défis de développement communs

Les partenariats entre les pays du Sud ont été couronnés de succès : davantage d’enfants reçoivent une éducation, les taux de mortalité infantile et maternelle ont diminué de près de 50%, ainsi qu’une réduction notable de l’extrême pauvreté. Les sorties d’IED de ces partenariats représentent un tiers des investissements dans le Sud et un quart du commerce mondial entre pays en développement.

La technologie a joué un rôle clé dans certains pays du Sud en fournissant une plateforme durable, une connectivité 24/7 pour exploiter la puissance des partenariats. Il permet à la région de stimuler l’innovation sur les questions de développement grâce à des collaborations, au partage des connaissances et des compétences, à la génération de nouvelles idées et d’initiatives réussies dans des domaines spécifiques tels que les infrastructures, la santé, le changement climatique et la croissance économique.

Pendant mon mandat en tant que Premier Ministre d’Haïti, le Maroc était et reste un partenaire important avec son programme de bourses d’études pour les jeunes étudiants haïtiens. Cela a profité à nos deux pays, avec une augmentation du nombre de jeunes diplômés brillants entrant sur le marché du travail dans les secteurs privé et public. Grâce à l’utilisation de la technologie, Haïti a créé un programme complet d’éducation gratuite. À ce jour, le programme a envoyé 1,4 million d’enfants haïtiens à l’école, ce qui a considérablement augmenté la fréquentation de l’école primaire.

Cependant, les pays du Sud mondial sont également confrontés à de sérieux défis, avec le changement climatique et les effets sur la production agricole et la sécurité alimentaire étant un défi partagé par de nombreuses nations du Sud.

Barbancourt

le rhum des connaisseurs

La réalité est que de nombreux pays en développement (dont la plupart se trouvent dans les pays du Sud) abritent environ 80% de la population mondiale, 98% des personnes affamées de l’humanité et 78% des terres cultivées récoltées. Publié cette année, le rapport mondial de l’UE sur les crises alimentaires estime qu’environ 113 millions de personnes dans 53 pays ont connu une insécurité alimentaire aiguë en 2018 et a constaté que le climat et les catastrophes naturelles ont poussé 29 millions de personnes supplémentaires dans l’insécurité alimentaire aiguë en 2018.

Récemment, le ministre marocain des Affaires étrangères, Nasser Bourita, a déclaré que ce n’est que par une coopération accrue et une véritable volonté politique que l’Afrique et les pays du Sud dans leur ensemble pourront relever des défis tels que la sécurité alimentaire et d’autres aspects du développement durable au milieu de la terrible perspective de crises d’origine climatique.

Le rôle de la technologie dans la lutte contre le changement climatique est double. Premièrement, il fournit une plate-forme pour les parties prenantes du secteur privé et public pour former des partenariats et mettre en œuvre des solutions pour mieux préparer les pays à résister à l’impact du changement climatique.

Un excellent exemple de cela est la «Zone climatique intelligente» et l’accélérateur des Caraïbes. L’Accélérateur a créé une coalition sans précédent comprenant 26 pays et plus de 40 partenaires des secteurs public et privé. L’objectif est de mettre en œuvre des solutions climatiques pour la résilience, les énergies renouvelables, le développement de villes durables, les océans et les transports. Cette « zone climatique intelligente » protégera non seulement la région, mais créera des emplois et une nouvelle économie basée sur des infrastructures climatiques intelligentes.

Deuxièmement, la technologie a la capacité de générer de nouvelles sources de revenus. Atténuer l’impact du changement climatique ne sera pas bon marché, et les pays du Sud ne devraient pas s’endetter davantage ou compter sur l’aide étrangère, ce ne sont pas des solutions durables.

Des milliards de transactions numériques quotidiennes ont lieu dans un pays donné. L’application d’un micro-prélèvement indolore à ces transactions générera des milliards de nouvelles sources de revenus. Le Financement innovant est une solution qui fournit aux gouvernements un outil pour créer de nouvelles sources de revenus qui n’augmentent pas le niveau d’endettement d’un pays et n’exigent pas que les citoyens paient plus d’impôts. Ceci appliqué au niveau régional pourrait fournir une vraie solution pour lutter contre un problème régional tel que le changement climatique.

D’où, l’importance d’une coopération Sud-Sud accrue pour faire face à l’impact de ce changement climatique sur la région ne peut être sous-estimée. Cependant, la technologie et les partenariats joueront un rôle essentiel pour exploiter la puissance des pays du Sud dans le monde.

 

 

Par Laurent Lamothe 

1 comment

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *

1 Comment

  • Antoine Langomier
    2 février 2020, 11:20

    Tout ce qu’il a dit c’est de la Pure Verite’!!! Mais les pays du Sud ont Souvent un DEFICIT de PATRIOTES au timon des affaires. KOT KOB PETRO CARIBE A. Laurent Lamothe fait partie des presume’s Petrovoleurs.

    L’Observatoire des Questions Haitiennes et internationales

    REPLY