Le Barrreau de Port-au-Prince condamne l’investiture des membres du CEP

Le Barrreau de Port-au-Prince condamne l’investiture des membres du CEP

Le barreau de Port-au-Prince condamne les dérives anticonstitutionnelles de Jovenel Moïse et son désir d’établir un régime totalitaire dans le pays.

En effet, le Conseil de l’Ordre des Avocats de Port-au-Prince, dans une note, dit constater avec consternation et stupeur que l’Exécutif, après s’être engagé dans la publication d’une succession de décrets inconstitutionnels, est monté encore d’un cran dans l’illégalité en annonçant par arrêté en date du 14 septembre 2020, l’adoption d’une nouvelle Constitution par voie référendaire et la mise en place d’un Conseil électoral provisoire.

Barbancourt

le rhum des connaisseurs

Le Barreau indique que « cet arrêté inconstitutionnel relève de l’amalgame », estimant que les élections se trouvent ainsi associées au changement de Constitution comme s’il s’agissait d’une seule et même opération.

Les avocats du Barreau de Port-au-Prince jugent que la décision prise par le président « s’inscrit clairement dans une forme d’exercice autocratique du pouvoir. »

 » La formation de ce CEP avec cette mission ne peut dès lors qu’être au service de desseins politiques obscurantistes qui aggraveront la crise actuelle et consacreront le règne de l’arbitraire et donc du non-droit. L’assassinat du Bâtonnier Monferrier Dorval, symbole vivant du respect du droit, coïncide étrangement avec une telle approche visant à l’anéantissement des contraintes juridiques », a déduit la bâtonnière a.i Marie Suzy Legros.

Aussi, le Conseil de l’Ordre des Avocats de Port-au-Prince dit « condamner énergiquement l’investiture des membres du Conseil Électoral Provisoire (CEP) dont une partie du mandat est manifestement inconstitutionnelle et rappelle au Président de la République et au Gouvernement qu’ils sont liés par le droit. » Il condamne aussi le « projet qui se précise chaque jour davantage d’installer durablement dans le pays un régime autoritaire couplé à une politique de terreur ».

Le barreau rappelle : que le président ne peut en aucun cas se substituer au pouvoir constituant, car il n’a d’autres pouvoirs que ceux que lui attribue la Constitution (art. 150, Const.); que les procédures de modification de la Constitution sont prévues dans la loi fondamentale même (arts. 282-284-4 Const.) ; que l’organisation des élections doit correspondre au temps électoral prévu dans la Constitution.

Le Conseil souligne, en outre, que toutes ces mesures sont adoptées dans l’ignorance ou le mépris des contrepoids institutionnels existants et dans un contexte où le pouvoir personnel du président de la République fait office de norme en dehors des principes fondamentaux de la République et de toutes les règles de droit.

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *