Le Core group promet d’appuyer le processus électoral

Le Core group promet d’appuyer le processus électoral

Le président de la République, Jovenel Moïse, veut à tout prix mettre le cap sur la réalisation des prochaines élections en vue de céder le pouvoir en février 2022. En ce sens, il ne cesse de chercher l’appui inconditionnel de la communauté internationale.

Au milieu du combat contre le coronavirus, le jeu politique se joue. Jovenel Moïse veut partir le 7 février 2022; il fait les yeux doux à la communauté internationale. Son ministre des Affaires étrangères met son poids dans la balance, après la fameuse déclaration du secrétaire général de l’OEA, Luis Amalgro, affirmant que le mandat du locataire du Palais national prendra fin en février 2022.

Le Core groupe vient en soutien au pouvoir en place. À cet effet, Claude Joseph a eu une réunion virtuelle, ce mardi 2 juin, avec la cheffe du Bureau intégré de l’ONU en Haïti (BINUH), l’ambassadrice des Etats-Unis, l’ambassadeur du Canada, de la France, de l’Allemagne, de l’Union européenne, le représentant spécial de l’OEA. « Au cours de cette rencontre, j’ai réitéré la volonté du président d’organiser les élections visant à renouveler le personnel politique et le remplacement du président le 7 février 2022 », a confié Claude Joseph au journal Le Nouvelliste.

«Je viens d’avoir une très importante réunion de travail avec les principaux partenaires d’Haïti réunis dans le « Core group ». Ils ont exprimé leur ferme soutien à l’ordre démocratique et constitutionnel en Haïti», a tweeté, par la suite, le titulaire du MAE.

Barbancourt

le rhum des connaisseurs

Les diplomates du “Core Group” promettent d’appuyer le processus électoral devant aboutir au renouvellement du personnel politique et à l’alternance présidentielle en 2022, a-t-il poursuivi.

En Haïti le débat s’agite autour de la fin du mandat du locataire du palais national, l’opposition rejette toute idée selon laquelle Jovenel Moïse partira en 2022 évoquant l’article 134.2 de la Constitution. « Le président élu entre en fonction le 7 février suivant la date de son élection. Au cas où le scrutin ne peut avoir lieu avant le 7 février, le président élu entre en fonction immédiatement après la validation du scrutin et son mandat est censé avoir commencé le 7 février de l’année de l’élection ».

1 comment

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *

1 Comment

  • Antoine Langomier
    3 juin 2020, 22:05

    Le "Core Group" a fait l’essentiel en refusant d’opérer un changement au sein de l’équipe. La vérité universelle, on ne change pas une équipe qui gagne. Faut-il rappeler, l’équipe de "Core Group" avait gagné le match aller par 4 buts à 0 sur le terrain adverse en présence des chefs d’OP Timothée, Volcy, Figaro…, Micanor et leur presse.

    La pandémie de Covid-19 n’empêche pas aux adversaires de préparer le match du retour. Par leurs directeurs techniques, les deux équipes multiplient des déclarations. Les Gedéon Jean… et Pierre Espérance prennent le contrepied du camp adverse, en mettant le cap vers le 7 février 2021. Encore une fois, le Match va jouer sur le terrain de RAPPORT DE FORCE.

    Pour les élections, l’équipe de "Core Group" a intérêt à ne pas jouer en TIPASKOUT à la manière des Ratés/marasa et FAUX démocrates Aristide/Préval en vue d’éviter au pays la route du CHAOS.

    Après les élections PIKE KOLE (crédit à mon ami et patriote Tuneb Delpé) du 25 juin 1995, les Victor Benoit, Évans Paul…. et Delpé, avaient pris seulement le chemin des stations de radios pour dénoncer la Mainmise de l’OPL (Oganisation Politique Lavalas) du titidiste Gérard Pierre Charles. Ozanj, mouche Pierre Charles pat avèti ase pou l te konnen ki kalite Po Kann ak tout Foumi pikan Aristide/Préval te pare pou li.

    En 2020 ou 2021, l’équipe de "Core Group" ne pourra pas procéder de la même manière. Les candidats de "pays lock" et alliés ne se laisseront pas faire….

    L’Observatoire

    REPLY