Le coronavirus dans le monde : 3 milliards de personnes confinées, Trump renonce à placer New York en quarantaine

Le coronavirus dans le monde : 3 milliards de personnes confinées, Trump renonce à placer New York en quarantaine

Plus de 3,38 milliards de personnes dans près de 80 pays ou territoires sont appelées ou astreintes par leurs autorités à rester confinées chez elles pour lutter contre la propagation du Covid-19, selon un comptage réalisé dimanche 29 mars à partir d’une base de données de l’AFP. Cela représente environ 43 % de la population mondiale, évaluée par l’ONU à 7,79 milliards de personnes en 2020.

La pandémie causée par le nouveau coronavirus a déjà fait plus de 31 000 victimes sur la planète. Plus de 667 000 cas d’infection ont été officiellement diagnostiqués dans 183 pays et territoires depuis le début de l’épidémie, selon l’AFP.

Suivez notre direct : Coronavirus : Patrick Devedjian, président des Hauts-de-Seine et ancien ministre, est mort du Covid-19

Aucune région du monde n’est épargnée : l’Europe (Royaume-Uni, France, Italie, Espagne…), l’Asie (Inde, Népal, Sri Lanka…), le Moyen-Orient (Irak, Jordanie, Liban, Israël…), l’Afrique (Afrique du Sud, Maroc, Madagascar, Rwanda…), l’Amérique (Colombie, Argentine, Pérou, une large partie des Etats-Unis…) ou encore l’Océanie (Nouvelle-Zélande).

L’Europe est le continent le plus durement touché et concentre deux tiers des décès mondiaux, l’Italie et l’Espagne étant les deux pays du monde les plus endeuillés. Les Etats-Unis sont, eux, le pays ayant enregistré le plus grand nombre de cas confirmés (124 000) et le nombre des décès a atteint 2 185, samedi, selon l’université Johns Hopkins, dont le décompte fait référence. Le nombre des morts y a doublé depuis mercredi, lorsqu’il avait dépassé les 1 000 décès.

  • Plus de 50 000 cas et 728 morts dans l’Etat de New York

Le président américain, Donald Trump, a annoncé samedi qu’il renonçait finalement à placer en quarantaine les Etats de New York, du New Jersey et du Connecticut, après avoir évoqué cette possibilité plus tôt dans la journée. L’Etat de New York est de loin le plus touché par le coronavirus aux Etats-Unis, avec 52 318 cas et 728 morts. Interrogé sur l’éventualité d’une fermeture des frontières de l’Etat décidée par Washington, le gouverneur, Andrew Cuomo, avait prévenu, sur CNN, qu’il s’agirait d’une décision « illégale », s’apparentant à « une déclaration de guerre contre les Etats » de l’Union.

M. Trump a indiqué qu’il avait demandé aux Centres pour le contrôle et la prévention des maladies (CDC), autorité de santé nationale, de diffuser un avis « ferme » dissuadant les déplacements pour entrer ou sortir de ces Etats, sans pour autant donc fermer leurs frontières.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Président Trump, an IV : la loi du virus

« Les CDC demandent instamment aux résidents de New York, du New Jersey et du Connecticut d’éviter tout voyage non essentiel [dans le pays] durant les quatorze prochains jours avec effet immédiat », ont déclaré les centres dans un court communiqué publié un peu plus tard samedi.

Barbancourt

le rhum des connaisseurs

La 7e Avenue de New York quasi déserte, samedi 28 mars, en raison des directives de confinement. Bebeto Matthews / AP

Par ailleurs, les Etats-Unis ont aussi déploré, samedi, la mort d’un bébé de moins de 1 an, dans l’Etat de l’Illinois, une des plus jeunes victimes de cette maladie qui épargne en général les enfants.

Lire aussi Le coronavirus dans le monde : plus de 10 000 morts en Italie, la moitié des décès d’une Europe paralysée par la pandémie
  • Plus de 800 morts en une journée en Italie et en Espagne

Avec respectivement 10 023 (889 décès supplémentaires en vingt-quatre heures) et 6 528 morts (838 de plus en une journée), l’Italie et l’Espagne concentrent à elles seules près des trois quarts des morts européens. Devant cette aggravation, le chef du gouvernement espagnol, Pedro Sanchez, a annoncé l’arrêt de toutes les activités économiques « non essentielles » durant deux semaines.

En Italie, la contagion poursuit son lent ralentissement. « Dans tous les services d’urgences, on enregistre une réduction [des arrivées de patients]. Dans quelques-uns, elle est légère, dans d’autres plus marquée », a déclaré Giulio Gallera, le responsable de la santé en Lombardie, la région la plus touchée, dans le nord du pays. Des bons alimentaires vont être distribués aux plus démunis, particulièrement touchés par l’arrêt de l’économie italienne, a annoncé samedi soir le premier ministre, Giuseppe Conte.

Le Royaume-Uni, où le prince Charles, héritier de la Couronne, ainsi que le premier ministre, Boris Johnson, sont contaminés, a dépassé, quant à lui, le chiffre de 1 000 morts, avec 260 nouveaux décès en une seule journée, selon un bilan officiel publié samedi.

Dans le Sunday Times, l’épidémiologiste Neil Ferguson, de l’Imperial College de Londres, qui conseille le gouvernement britannique, a estimé que le confinement devrait rester en place « probablement jusqu’à la fin mai, peut-être même début juin. Mai est optimiste ».

« Nous savons que les choses vont s’aggraver avant qu’elles ne s’améliorent », a prévenu M. Johnson dans une lettre dévoilée par ses services, qui sera envoyée dès la semaine du 30 mars à 30 millions de foyers dans le pays. Il y exhorte la population à respecter le confinement général mis en place lundi soir pour trois semaines. « Mais nous n’hésiterons pas à aller plus loin si c’est ce que les avis scientifiques et médicaux nous disent de faire », a-t-il ajouté.

En Iran, pays parmi les plus touchés par la pandémie, l’épidémie de Covid-19 a déjà fait 2 640 morts et atteint 38 309 personnes, ont annoncé dimanche les autorités du pays, prévenant la population qu’elle allait sans doute devoir prolonger « un certain temps » le « nouveau mode de vie » adopté pour contrer la maladie. Le gouvernement a interdit tout déplacement entre les villes et, sans décréter officiellement le confinement, appelle les habitants depuis plusieurs semaines à rester chez eux « autant que possible ».

  • La Chine ferme ses frontières, des pays d’Afrique restreignent les mouvements

Pour prévenir la contamination de cas de coronavirus « importés », la Chine a fermé depuis samedi temporairement ses frontières à la plupart des étrangers et réduit drastiquement ses vols internationaux.

Dans les pays les plus pauvres, notamment en Afrique, les restrictions de déplacements sont compliquées à mettre en œuvre et provoquent une vague d’exode urbain, notamment au Kenya et à Madagascar.

Face à l’autre catastrophe, économique, qui se profile, la communauté internationale tente de mobiliser des sommes astronomiques. Outre les 2 000 milliards de dollars (1 800 milliards d’euros) annoncés par les Etats-Unis, les pays du G20 ont promis cette semaine d’injecter 5 000 milliards de dollars pour soutenir l’économie mondiale.

Notre sélection d’articles sur le coronavirus

Le Monde avec AFP

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *